in

Aux États-Unis, des étudiants attrapent volontairement le Covid pour vendre leur plasma

Crédits : geralt / Pixabay

La Brigham Young University (BYU), dans l’Idaho (États-Unis) a récemment publié une déclaration condamnant une tendance “profondément troublante” parmi ses étudiants. Selon l’institution, certains tenteraient en effet d’être intentionnellement infectés par le Covid-19. Le but : surmonter la maladie et vendre ensuite leur plasma chargé d’anticorps.

Les chercheurs poursuivent leur travaux pour tenter de combattre le coronavirus qui continue de faire des milliers de victimes chaque jour dans le monde. Parmi les pistes de travail : l’utilisation de plasma sanguin. Et pour cause, ce constituant du sang des personnes déjà guéries contient en effet de nombreux anticorps capables, en théorie, de diminuer la charge virale chez les malades sévèrement atteints. Autrement dit, l’idée générale consiste donc à “transférer l’immunité” d’une personne guérie à une personne malade.

Ce type de manoeuvre doit être évidemment étroitement surveillé par les autorités sanitaires. En France, notamment, un essai clinique est actuellement en cours sous la direction de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).

Attraper le Covid pour vendre son plasma

Ceci dit, il y a quelques semaines, les centres de transfusion du comté de Madison, dans l’Idaho (États-Unis), ont déclaré qu’ils paieraient un petit supplément pour les donneurs dont le sang serait chargé en anticorps. Une décision motivée par le fait que ce comté est particulièrement touché par la pandémie.

Ces promesses ne sont évidemment pas tombées dans l’oreille de sourds. Aussi, il y a quelques semaines, la Brigham Young University (BYU), la principale université du comté, a reçu «des rapports d’étudiants […] s’exposant intentionnellement au Covid-19», afin de vendre du plasma, selon le média local KIVI-TV. Et forcément, ça ne passe pas.

«Les étudiants qui sont déterminés à s’exposer intentionnellement eux-mêmes et les autres au virus seront immédiatement suspendus de l’Université et pourront être renvoyés définitivement», a déclaré l’Institution dans un communiqué.

Elle rappelle également que la contraction et la propagation du COVID-19 n’est pas une mince affaire. «Un mépris imprudent de la santé et de la sécurité entraînera inévitablement des maladies supplémentaires et des pertes de vie dans notre communauté. Si les tendances récentes se poursuivent, l’université pourrait être obligée de passer à un modèle d’enseignement entièrement à distance», a-t-elle également prévenu.

université
L’Université Brigham Young, dans l’Idaho. Crédits : Eustress/Wikipédia

On ne sait pas exactement comment l’Université prévoit de déterminer quels étudiants sont concernés par ces pratiques, ni lesquels ont contracté le Covid-19 sans le vouloir. Cette histoire soulève également des questions concernant les frais de scolarité aux États-Unis, souvent exorbitants. Pour certains, les étudiants intéressés à vendre leur plasma pourraient en effet juger n’avoir aucune autre alternative viable pour payer leur université.