in

État d’urgence climatique : il y aura bientôt des “souffrances humaines indicibles”

Crédits : Pixabay.

Il y a du nouveau concernant le réchauffement climatique. Des milliers de chercheurs viennent de s’entendre pour signer un rapport déclarant officiellement l’état d’urgence climatique.

Depuis plusieurs décennies, des chercheurs tentent de tirer la sonnette d’alarme climatique études à l’appui. Depuis le début de l’ère industrielle, nos activités rejettent dans l’atmosphère des quantités monstrueuses de gaz à effet de serre. Or, c’est beaucoup plus que ce que notre planète ne peut aujourd’hui gérer. De plus, l’évolution climatique va trop vite.

En ce sens, l’humanité s’expose à des événements dramatiques en chaîne qui se produiront dans les années à venir en conséquence de ce réchauffement accéléré. D’ailleurs, ils se produisent déjà. Seulement, rien ne semble aujourd’hui être entrepris de manière très claire par les autorités pour tenter de faire face à cette crise. Résultat, les émissions de gaz à effet de serre continuent d’augmenter rapidement et ont des effets de plus en plus dommageables sur le climat de la Terre.

Le réchauffement de la planète ne semble finalement pas être pris au sérieux. Du moins, il ne l’est pas assez.

La Terre confrontée à un état “d’urgence climatique”

Face à cette urgence climatique, plusieurs milliers de scientifiques ont récemment cosigné un rapport déclarant l’état d’urgence climatique.

Les scientifiques ont l’obligation morale d’avertir clairement l’humanité de toute menace catastrophique“, peut-on lire en préambule. “Sur la base de cette obligation, (…) nous déclarons avec plus de 11 000 scientifiques signataires du monde entier, clairement et sans équivoque, que la planète Terre est confrontée à une urgence climatique.”

Ils ajoutent : “si nous n’apportons pas de changements rapides, profonds et durables dans nos vies, il y aura bientôt des “souffrances humaines indicibles“”.

réchauffement climatique
Crédits : Pixabay

Ce nouveau rapport s’appuie sur quarante années de données accessibles au public couvrant l’ensemble nos activités et leurs conséquences sur notre planète. La conclusion est claire : “malgré 40 ans de négociations globales d’envergure, nous avons généralement poursuivi nos activités habituelles et nous ne parvenons pas à résoudre cette crise. La crise climatique s’accélère plus rapidement que prévu, menaçant les écosystèmes naturels et le destin de l’humanité“.

Les solutions naturelles comme reboiser les forêts perdues pourraient à elles seules nous permettre d’atteindre un tiers des engagements signés dans le cadre des accords de Paris. Des actions de ce genre commencent à être entreprises, mais nous devons en faire plus.

Nos objectifs doivent passer de la volonté de croissance du PIB à la préservation de nos écosystèmes et à l’amélioration du bien-être humain en donnant la priorité aux besoins de base et à la réduction des inégalités“, écrivent les chercheurs.

Selon eux, les pays les plus riches vont devoir ouvrir la voie à ces changements. En parallèle, il sera également primordial de soutenir et d’accompagner les pays les plus pauvres.

Source

Articles liés :

Réchauffement climatique : nous devons repenser notre production alimentaire

Les guêpes seraient en train de rétrécir à cause du réchauffement climatique

Il n’y aurait jamais eu de “pause” dans le réchauffement climatique