in

Et s’il n’y avait pas de “neuvième planète”, après tout ?

Un étrange petit objet découvert aux confins du système solaire. Crédits : Ko Arimatsu

Les étranges orbites de quelques objets retrouvés dans la ceinture de Kuiper, supposées être influencées par une hypothétique neuvième planète, pourraient être expliquées par la force gravitationnelle combinée de plus petits objets gravitant au-delà de Neptune.

Il y a trois ans, une équipe d’astronomes remarquait qu’une trentaine “d’objets transneptuniens” (OTN) se détachaient de la forte influence gravitationnelle des géantes gazeuses du système solaire. Ces objets, présents dans la ceinture de Kuiper, au-delà de Neptune, semblent en effet être comme “tirés” par autre chose. Certains ont alors suggéré l’existence d’une éventuelle neuvième planète 10 fois plus massive que la Terre. Cette dernière suivrait une longue orbite excentrique autour du Soleil. Pour l’heure ce n’est qu’une théorie. Aucun objet de ce type n’a en effet été observé. C’est pourquoi les astronomes cherchent d’autres options.

Théorie alternative

L’une d’elles, proposée par des chercheurs de l’Université de Cambridge (Royaume-Uni) et de l’Université américaine de Beyrouth (Liban), propose non pas l’existence d’une énième planète, mais d’un disque constitué de petits corps glacés. « L’hypothèse de la neuvième planète est fascinante, mais si elle existe, elle n’a pas encore été détectée, explique Antranik Sefilian, de l’Université de Cambridge et principal auteur de l’étude. Nous voulions voir s’il pouvait y avoir une autre cause, moins dramatique et peut-être plus naturelle, capable d’expliquer ces orbites inhabituelles. Nous avons alors pensé aux forces gravitationnelles combinées de petits objets constituant un disque au-delà de l’orbite de Neptune ».

Et de récentes simulations suggèrent que ce pourrait être effectivement le cas. « Si vous supprimez la planète 9 du modèle et laissez plutôt de nombreux petits objets éparpillés sur une vaste zone, les attractions collectives de ces objets pourraient tout aussi bien rendre compte des orbites excentriques que nous voyons chez certains OTN », confirme le chercheur. Ce nouveau modèle exige en revanche que la masse combinée de ces objets soit équivalente à environ dix fois la masse de la Terre. Or, les observations actuelles proposent que la masse de la ceinture de Kuiper ne représente que 4 à 10 % de la masse de la Terre.

planète nine
L’hypothèse de l’existence de la “neuvième planète” remise en cause. Crédits : NASA/JPL-Caltech/Robert Hurt

La planète 9 toujours dans la course

Difficile néanmoins de se faire une idée. De grands disques de débris ont en effet été observés autour de plusieurs étoiles, et beaucoup sont habillées de disques de débris massifs. Le problème avec le système solaire, c’est que nous sommes nous-mêmes à l’intérieur de celui-ci. Par conséquent, rendre compte de tous les débris en même temps est extrêmement difficile, voire impossible, avec notre technologie actuelle. Il est donc possible, selon les chercheurs, que la ceinture de Kuiper soit bien plus massive que ce que nous observons actuellement. Si tel est le cas, alors cette nouvelle théorie prendrait tout son sens.

Pour l’heure, les deux théories tiennent encore la route. « Il est également possible que les deux soient vraies, note le chercheur. Il pourrait y avoir un disque massif et une neuvième planète. Avec la découverte de chaque nouveau OTN nous rassemblons davantage de preuves susceptibles de pouvoir expliquer leur comportement ».

Source

Articles liés :

Découverte de deux nouvelles planètes “vagabondes”

Planète 9 : les astronomes ont officiellement trouvé quatre candidates potentielles

Découverte d’une planète si sombre qu’elle absorbe près de 99 % de la lumière

Et s’il n’y avait pas de “neuvième planète”, après tout ?
noté 4 - 2 vote[s]