in

Et si nous installions une station spatiale à l’intérieur d’un astéroïde ?

Crédits : NASA

Des astrophysiciens autrichiens ont évalué la faisabilité de l’installation d’une station spatiale dans une cavité naturelle située à l’intérieur d’un astéroïde. Cela pourrait effectivement être possible, mais certaines conditions doivent être réunies.

Une vitesse de rotation idéale

Sur Terre, lorsque les mines sont épuisées, celles-ci sont désaffectées. Il en sera de même pour les mines d’exploitation qui seront présentes sur les astéroïdes, si cela se produit réellement un jour. Dans leur étude pré-publiée sur la plateforme arXiv le 26 décembre 2018, trois astrophysiciens de l’Université de Vienne (Autriche) ont pensé à la manière dont ces mines pourraient être réutilisées.

Selon les chercheurs, installer une station spatiale à l’intérieur d’un astéroïde aurait l’avantage de protéger les humains des radiations. En revanche, l’astéroïde en question doit impérativement réunir quelques conditions. En prenant en compte un tel objet mesurant 500 x 390 mètres, les astrophysiciens ont estimé qu’une gravité artificielle intéressante pourrait être générée par la force centrifuge – si l’objet se trouve être en rotation entre un et trois tours par minute. Cette vitesse de rotation offrirait alors au moins la gravité minimum requise pour garder les humains en bonne santé, à savoir 38 % de la gravité de la Terre.

Tous les astéroïdes ne répondent cependant pas à ces critères. Mais les scientifiques ont indiqué avoir déniché quelques candidats assez proches de la Terre : 3361 Orpheus, 3757 Anagolay, 99942 Apophis, 419624 (2016 SO16) ou encore 308635 (2005 YU55).

Construire une station à l’intérieur de l’astéroïde 3361 Orpheus pourrait être possible !
Crédits : aleph.se

L’exploitation des astéroïdes

Si l’étude en question peut être source de scepticisme, celle-ci se veut tout à fait sérieuse. Par ailleurs, peu de doutes subsistent quant à la future exploitation minière des astéroïdes. En effet, ces corps contiennent des terres rares et autres minerais précieux dont dépendent un nombre non négligeable d’industries sur notre planète. En revanche, le Traité de l’espace du 19 décembre 1966 pourrait s’avérer être un frein à ces velléités.

Il y a quelques mois, un rapport du cabinet PricewaterhouseCoopers (PwC) commandé par l’ESA et la Luxembourg Space Agency (LSA) estimait que d’ici 2045, l’exploitation des minerais célestes pourrait générer au total entre 73 et 170 milliards d’euros de chiffre d’affaires. En revanche, l’étude précise également que l’utilisation de matériaux rapportés sur Terre pourrait être bien moins intéressante financièrement qu’une utilisation directement faite dans l’espace.

Sources : Science AlertFutura Sciences

Articles liés :

Ce micro-organisme pourrait nous permettre d’exploiter les astéroïdes pour en extraire les métaux rares

Si vous vous teniez sur un astéroïde à 160 millions de km de la Terre, voici ce que vous verriez

En 2020, ce satellite percutera un astéroïde afin de le faire dévier de sa trajectoire !