in

Et si l’humain pouvait vivre pendant des millions d’années ?

Crédits : Mediadeka / Pixabay

L’idée pourrait en séduire certains et en angoisser d’autres. Si comme certaines bactéries, l’être humain pouvait vivre des millions d’années, qu’est-ce que cela impliquerait ? Un média étasunien a tenté une sorte de projection et a évoqué des “opportunités éblouissantes” ainsi que des “risques redoutables”.

Idéal pour la conquête spatiale

Récemment, des chercheurs ont retrouvé des bactéries très anciennes dans les fonds océaniques. Enfouies depuis environ cent millions d’années, celles-ci sont toujours vivantes. Vivre des millions d’années ? C’est une éternité ! Dans un article publié par le Scientific American le 16 août 2020, l’auteur se demande ce qui se passerait si les humains pouvaient vivre aussi longtemps.

Premièrement, être capable de vivre durant des millions d’années permettrait de ne plus avoir peur de la mort.Toutefois, l’un des intérêts les plus flagrants se situerait au niveau de la conquête spatiale. Alors qu’il est actuellement question de coloniser Mars, les premières exoplanètes potentiellement habitables sont encore bien trop lointaines. Proxima Centuri B est la plus proche de toutes, mais celle-ci se trouve à environ 4,2 années-lumière, soit plus de 40 000 milliards de kilomètres. Autrement dit, il faudrait environ 80 000 ans pour l’atteindre.

proxima b
Vue d’artiste de l’exoplanète Proxima b – Crédits : ESO / M. Kornmesser / Wikipedia

En revanche, une espérance de vie de plusieurs millions d’années permettrait un tel voyage. De manière générale, l’humain pourrait avoir bien plus d’ambition concernant l’Espace et pourrait être plus sage face à des enjeux aussi importants. Il serait possible d’espérer une disparition des conflits sur Terre et pourquoi pas une meilleure répartition des richesses.

Le coup de grâce pour la Terre

En revanche, vivre aussi longtemps aurait à coup sûr de très nombreux inconvénients. Quid des hôpitaux et cabinets médicaux surchargés en permanence pour traiter les malades ? En effet, vivre plus longtemps ne signifie pas forcément vivre en bonne santé du début à la fin. Il n’est donc absolument pas ici question d’immortalité biologique. De plus, vivre plus longtemps va de pair avec une augmentation massive des naissances, une surpopulation tout sauf viable pour notre planète bleue. Il sera alors inévitablement question d’un contrôle ultra strict de la natalité, ce qui pourrait malheureusement être source de conflits.

Par ailleurs, les progrès technologiques sont à prendre en compte. Que ces progrès puissent ou non emmener l’humain sur Proxima Centuri B n’est pas important. Le problème se situe surtout au niveau d’une possible augmentation exponentielle des innovations. Ceci entraînera une augmentation tout aussi importante des besoins en énergie et donc, des impacts environnementaux. Là encore, la Terre ne pourrait pas supporter.

De toute manière, la mort est inévitable et ceci sera le cas de toutes les formes de vie existantes. Effectivement, l’Univers se refroidit au fur et à mesure de son expansion. Ainsi, toutes les étoiles mourront dans environ dix billions d’années, car tout sera gelé. Il n’y aura donc plus d’énergie pour maintenir une quelconque vie. Enfin, sans aller jusqu’à la fin de la vie d’une manière générale, vivre quelques millions d’années pourrait devenir une sorte de prison pour les humains, dont seule la mort pourrait les libérer.