in ,

Et si les robots pouvaient avoir des préjugés ?

Crédits : Max Pixel

Des chercheurs américains et britanniques estiment dans une étude que les robots dotés d’une intelligence artificielle pourraient bien se rendre coupables de préjugés, une caractéristique évidemment bien humaine !

Depuis des décennies, une partie des roboticiens se sont donné la mission de faire ressembler les machines aux Hommes. S’il est évidemment question d’apparence physique, il en va de même avec les propriétés mentales et cognitives, ce qui pose souvent des questions éthiques.

Selon une étude réalisée par des chercheurs du MIT (États-Unis) et de l’Université de Cardiff (Royaume-Uni), certaines IA intégrées dans le développement des robots pourraient à terme avoir des préjugés. Dans un communiqué du 7 septembre 2018, les chercheurs expliquent que le fait d’avoir des préjugés ne requiert pas un niveau élevé en termes de capacités cognitives, si bien que les robots dotés d’une IA pourraient assez facilement se laisser aller.

Une expérience a été menée afin de prouver cette théorie. Les chercheurs ont élaboré une sorte de jeu de rôle, dans lequel un robot devait faire un don à un autre robot appartenant à son propre groupe ou bien à une autre machine d’un autre groupe. Le robot donateur devait prendre sa décision en fonction de la réputation des autres robots ainsi que des stratégies. Les meneurs de l’étude ont alors noté qu’au fur et à mesure de l’expérience, les robots étaient de plus en plus influencés par des préjugés concernant les groupes qui leur étaient étrangers.

Le professeur Roger Whitaker – principal meneur des recherches – a expliqué que cette expérience montrait que les préjugés étaient « une force puissante de la nature » qui peut « facilement être incitée dans des populations virtuelles ». L’intéressé a même évoqué que des groupes de robots pourraient développer des préjugés « simplement en identifiant, copiant et apprenant ce comportement les uns des autres ».

Source

Articles liés :

Faut-il rendre les robots plus humains en leur injectant une dose de stupidité ?

Voici SEER, le robot capable d’imiter les émotions humaines !

Aurons-nous un futur de la robotique à base d’avatars ?