in

Et si les militaires pouvaient contrôler des drones avec leur cerveau ?

Skintronics est bien moins encombrant que les dispositifs existants Crédits : Woon-Hong Yeo / Georgia Institute of Technology

Aux États-Unis, les recherches tendent vers la mise au point d’une interface cerveau-ordinateur permettant d’éventuellement contrôler des armes mais également des véhicules. Sommes-nous à l’aube d’une révolution des technologies concernant l’armée ?

Un dispositif portable

Outre-Atlantique, l’armée ne cache pas son intérêt pour les interfaces cerveau-ordinateur. Il s’agit de capteurs capables de récupérer les signaux du cerveau afin de permettre à des ordinateurs de les lire après une conversion en informations numériques. Selon un article du site Defense One, il est question d’un dispositif nommé Skintronics sur lequel des chercheurs travaillent depuis 2015. Ce dernier est décrit en détail via une publication dans la revue Nature Machine Intelligence du 11 septembre 2019.

Il s’agit d’un système portable et flexible qui se trouve bien loin du genre de dispositif à électrodes très encombrant utilisé en électroencéphalographie (EEG). En effet, de nombreux câbles sont reliés à des machines. Le dispositif nécessite l’utilisation d’une gelée conductrice et a parfois des défauts de fonctionnement en raison de la présence des cheveux.

oiseau drone
Crédits : Capture YouTube / Alisalepluscom – Electronics Phones Tools

Une technologie polyvalente

Skintronics est une sorte de patch situé à la base de la nuque, capable de transférer les signaux à une interface dotée d’une intelligence artificielle. Cette dernière traite les signaux et les convertit en données afin de contrôler divers objets. Il faut savoir que le projet a été motivé par la possibilité de contrôler des fauteuils roulants électriques ou encore des mini-voitures destinées aux personnes handicapées. L’armée dit vouloir en faire profiter les vétérans dont la mobilité est réduite. Selon la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), le dispositif Skintronics pourrait un jour restaurer les fonctions motrices d’une personne après une blessure.

Il semble que des utilisations à des fins militaires soient également à l’étude. En effet, la DARPA désire mener des tests poussés lorsque le développement du dispositif sera terminé. Il s’agit de contrôler des véhicules ainsi que des drones par la pensée, des machines visiblement destinées à la reconnaissance de terrain. Il n’est toutefois pas à exclure que le dispositif Skintronics puisse un jour permettre de contrôler des drones de guerre.

Articles liés :

Ils déposent un brevet pour un “drone anti-drone” équipé d’un fusil semi-automatique

L’armée américaine veut développer un engin volant de combat boosté à l’IA

Le gouvernement des États-Unis a approuvé le premier vol de drone hors champ de vision !