in

Et si l’Antarctique était relié à Internet par un câble sous-marin ?

Crédits : Graham Denyer / Wikipedia

L’Antarctique reste à ce jour le seul continent n’abritant aucune habitation permanente. Néanmoins, il accueille de nombreuses bases scientifiques. L’Australie réfléchit à la construction d’un câble sous-marin dans le but d’offrir à ses stations météorologiques une connexion d’une qualité sans précédent.

Connecter l’Antarctique à la fibre optique

Avec ses températures très basses, l’Antarctique est un continent hostile aux établissements humains. Il s’agit d’ailleurs du seul continent n’ayant aucune habitation permanente. Toutefois, l’Antarctique accueille 70 bases scientifiques et 1000 occupants, un chiffre pouvant monter à 5 000 au cœur de l’été austral. Actuellement, la question de la connexion internet se pose concernant ce continent. Le 31 mars 2021, le Bureau of Meteorology (BoM) d’Australie a publié un rapport à la demande du Parlement. Dans ce document, les experts préconisent la construction d’un câble sous-marin entre l’Australie et l’Antarctique. L’objectif ? Améliorer la connectivité des stations météorologiques que le pays a établies.

En effet, l’Australie songe à acheminer la fibre optique vers les stations de Davis, Casey, Mawson et Macquarie Island. Celles-ci se trouvent respectivement à 4 838, 3 443, 5 475 et 1 542 km de Hobart en Tasmanie. Actuellement, les scientifiques se trouvant en Antarctique disposent d’une connexion satellite de 9 (Mb/s) dont la latence est de 300 ms. Les stations ont également une liaison de données de sauvegarde de seulement 0,65 Mb/s avec une latence de 700 ms. Selon le BoM, câble sous-marin intercontinental à fibre optique offrirait une vitesse et une fiabilité sans précédent. Du même coup, cette entreprise ferait de l’Australie un leader clé et un partenaire international dans l’Antarctique.

station australienne Antarctique
Crédits : Australian Antarctic Division

De grandes ambitions

En octobre 2020, le gouvernement de Nouvelle-Galles-du-Sud avait signé un accord avec l’opérateur Telstra. Le but ? Construire 5 200 kilomètres de fibre haut débit afin de desservir les 2 000 écoles publiques de l’État. Le budget alloué au projet est de 212 millions d’euros mais ceci n’est rien par rapport aux prochains investissements en Antarctique, dont le montant reste encore inconnu. Les sociétés responsables de l’installation de câbles feront inévitablement face à l’environnement polaire. Or, ceci sera loin d’être une partie de plaisir. Outre le climat, les opérateurs devront notamment composer avec les icebergs entourant le continent gelé.

Évoquons également le fait que l’Australie détient plusieurs îles isolées n’ayant qu’une connexion 3G satellitaire. Citons les îles Heard-et-MacDonald, les îles Cocos ou encore l’île Norfolk, qu’il faudra également connecter. Malgré ces grandes ambitions concernant la fibre optique, l’Australie n’abandonnera pas pour autant la connectivité internet satellitaire. Elle désire même lancer d’autres satellites de communication et n’exclut pas d’utiliser le futur réseau Starlink de SpaceX.