in

Et si l’Amérique avait été découverte par les Romains ?

Crédits : Pixabay

Une épée en bronze a été mise au jour sur une île située en Nouvelle-Écosse (Canada), ce qui pourrait changer la définition de la découverte de ce continent.

Diverses études et recherches avaient établi, à tort ou à raison, que les Vikings avaient posé le pied sur le continent américain vers l’an 1000. Déjà, Christophe Colomb avait été plus ou moins dépossédé de sa découverte. Désormais, de nouvelles recherches font état d’une présence romaine bien antérieure à 1492.

L’épée en bronze découverte au Canada qui a été trouvée il y a des années par un pêcheur et son fils serait issue d’une épave. Plusieurs dizaines d’années plus tard, la découverte tomba dans les mains du gendre. Ce dernier contactera ensuite le “chercheur de trésors” J.Hutton Pulitzer. Selon ce dernier, des analyses scientifiques ont permis de dater l’épée à l’époque de l’Empire Romain ayant existé entre l’an 27 avant J.C et l’an 1453 après J.C (chute de l’Empire Romain d’Orient).

“L’épave est toujours là et n’a pas été fouillée. Nous avons scanné la zone et nous savons exactement où il repose” estime J.Hutton Pulitzer.

Toujours selon le chercheur, il s’agit là de “la plus importante découverte jamais réalisée concernant les Amériques”. Pour lui, cette découverte prouverait que des explorateurs de l’Empire romain ont découvert l’Amérique “dès le 1er siècle ou même avant”.

Cependant, des détracteurs incarnés par d’autres archéologues pensent que cette découverte n’est pas une preuve, et que l’épée en question a été apportée ultérieurement. Il faut tout de même ajouter que des pièces de monnaie et un bouclier ont été décelés en même temps que l’épée. De plus, l’équipe de chercheurs a retrouvé d’autres éléments : des spécimens d’une plante invasive très utilisée par les Romains et des pétroglyphes du peuple amérindien Micmac qui pourraient bel et bien représenter des légionnaires.

Pétroglyphes Micmacs (©Nova Scotia Museum, Halifax, Canada).
Pétroglyphes Micmacs – Crédits : Nova Scotia Museum, Halifax, Canada)

Sources : Direct Matin – Le Journal de Montréal – Le Parisien