in

Et si la vie était née dans des lacs riches en phosphore ?

Crédits : Nagwani / Wikipédia

Le phosphore est un composant primordial dans l’ADN et les autres molécules. Autrement dit, la vie ne peut pas se faire sans lui ! Néanmoins, le fait est que ce composant est plutôt rare dans les lacs et autres océans. Des chercheurs ont pourtant identifié certains lacs où le phosphore est très abondant.

Des lacs situés en milieu aride

Comme chacun sait, la vie sans phosphore est impossible. Or, la question de l’apparition des premières molécules vivantes continue de mobiliser les recherches. Le fait est que la rareté de ce composant dans une grande partie des lacs et des océans a poussé certains chercheurs à approfondir le problème. Dans leur publication dans la revue PNAS du 30 décembre 2019, des biologistes américains affirment avoir une piste sérieuse.

Dans leur compte-rendu, les scientifiques disent s’être intéressés à des lacs situés en milieu aride. Or, ces étendues d’eau sont particulièrement riches en sels minéraux, dont les carbonates issus de l’évaporation. Trois lacs ont fait l’objet de prélèvements : le Lac Mono (Californie, États-Unis), le Lac Magadi (Kenya) et le Lac Lonar (Inde). Selon les résultats, la concentration de phosphore est parfois 50 000 fois plus importante que dans les océans. Par ailleurs, cette proportion peut atteindre un million lors des saisons plus sèches !

lac Mono
Le Lac Mono (Californie), un des trois lacs ayant fait l’objet de prélèvements.
Crédits : Chuck Holland / Flickr

Le phosphate libre dans l’eau

Il faut savoir que, dans ces lacs, les ions carbonate sont en compétition avec les ions phosphate. Leur objectif ? Se lier au calcium et former soit du carbonate de calcium, soit du phosphate de calcium. Or, les ions carbonate ayant davantage de liens avec le calcium ont raison des ions phosphate. Ainsi, une bonne partie de ces derniers reste libre dans l’eau.

« Les niveaux élevés de phosphate dans ces lacs et étangs auraient provoqué des réactions chimiques ayant intégré du phosphore dans l’ARN, des protéines et des graisses, tous nécessaires à la vie », a expliqué David Catling de l’Université de Seattle (États-Unis).

Il y a 4 milliards d’années, l’atmosphère de la Terre était riche en CO2. Or, cet environnement était favorable à la formation de lacs riches en phosphore. En effet, le CO2 absorbé par l’eau acidifie cette dernière et facilite la dissolution des roches contenant du phosphore. Autrement dit, ces lacs ont très bien pu se trouver au centre de la chimie prébiotique ayant généré la vie sur notre planète.

Source

Articles liés :

Les lacs sont une “bombe à retardement” du changement climatique

Et si les lacs arrêtaient de geler en hiver à cause du réchauffement climatique ?

En Arctique, les lacs disparaissent par centaines