in

Et si des micro-organismes pouvaient vivre dans des pierres précieuses ?

Crédits : PxHere

Selon une étude américaine, des micro-organismes « endolithes » seraient capables d’élire domicile à l’intérieur de pierres précieuses. Cette découverte relève d’une grande première selon les biologistes.

La découverte de micro-organismes ayant aménagé leur habitat à l’intérieur de pierres précieuses est inédite selon Magnus Ivarsson, biologiste à l’Université du Danemark du Sud. Les détails de ces recherches ont été publiés dans la revue PLOS One le 8 août 2018. Des observations ont été faites dans des grenats de qualité gemme, connues pour appartenir au groupe des pierres fines.

Le biologiste danois a été d’autant plus étonné que selon lui, les microbes colonisent habituellement des matériaux moins solides que les pierres précieuses. Il faut savoir que les gemmes étudiées ont été prélevées en Thaïlande dans des sédiments fluviaux. Or, celles-ci contiennent des réseaux de tunnels (voir ci-dessous).

grenat gemme
Crédits : PLOS One

Ce genre de formations situées à l’intérieur des pierres étaient auparavant attribuées à une altération chimique causée par le lit de la rivière. Par le biais de minutieuses observations réalisées via des microscopes et des spectromètres, Magnus Ivarsson et son équipe ont fait une découverte surprenante. En effet, les réseaux de tunnels contenaient des traces d’acides gras provenant certainement d’organismes vivants microscopiques.

De plus, les réseaux de tunnels sont d’une réelle complexité, si bien que les chercheurs ont pensé aux micro-organismes endolithes (extrémophile) capables de survivre dans des conditions incroyablement hostiles. Pour ce faire, ils se nourrissent de minéraux tels que du soufre, du fer ou encore du potassium.

En revanche, si les scientifiques sont pratiquement certains de leur conclusion, ces derniers estiment qu’il est nécessaire de réaliser des observations in situ et de faire des prélèvements. Il est question de trouver de l’ADN ou ARN et d’isoler des endolithes, qui seront utilisés dans le cadre d’expériences ultérieures. Rappelons que les endolithes sont particulièrement étudiés en astrobiologie, justement pour leur capacité à survivre à des conditions extrêmes.

Sources : EurekAlert !Motherboard

Articles liés :

S’il y a de la vie dans notre stratosphère, une vie extrême peut également se développer sur d’autres mondes !

Considéré comme le plus inhospitalier sur Terre, cet endroit pourrait nous donner un avant-goût de la vie sur Mars

Un petit animal congelé depuis 30 ans a pu être réveillé !