in ,

Et si à l’avenir, les smartphones pouvaient détecter l’ivresse ?

Crédits : iStock

Des chercheurs étasuniens ont développé un nouveau moyen de déterminer si une personne est trop alcoolisée. Cette technique impliquant les smartphones fournit un travail similaire à celui des éthylotests, mais d’une façon totalement différente. En effet, il s’agit d’évaluer les changements de démarche des personnes.

Une application couplée à un accéléromètre

En 2020, il est encore et toujours utile de rappeler le célèbre slogan “boire ou conduire, il faut choisir”. Or, ce choix pourrait à l’avenir être influencé par nos smartphones. Dans une publication du Journal of Studies on Alcohol and Drugs le 18 août 2020, des chercheurs de l’Université de Pittsburgh (États-Unis) ont décrit un système inédit.

Dans le cadre d’une étude, 22 adultes âgés d’au moins 21 ans ont fait l’objet de tests sur une période de quatre mois. Ces derniers ont bu de la caïpirovska (vodka, citron vert et sucre), assez pour atteindre un taux d’alcoolémie de 0,2 %. Or, il s’agit d’un taux bien supérieur à la règle en vigueur aux États-Unis, autorisant seulement 0,08 %.

Après la prise d’alcool, les participants ont effectué plusieurs fois des exercices en suivant les instructions d’une application mobile baptisée Phyphox. L’objectif était de récolter et d’analyser les données d’un accéléromètre à trois axes placé en bas du dos des volontaires. Par exemple, un des exercices consistait à faire une vingtaine de pas aller et retour. Plus tard, les participants ont répété l’opération sans avoir consommé d’alcool.

smartphone voiture volant
Crédits : Piqsels

Empêcher l’automobiliste de prendre le volant

Dans leurs résultats, les chercheurs ont indiqué que l’accéléromètre était en mesure de repérer les changements de démarche avec une précision de 92,5 %. Tituber peut être un signe d’ivresse et l’application est donc capable d’identifier ce genre de mouvement. Par ailleurs, les meneurs de l’étude ont déclaré vouloir poursuivre leurs recherches afin d’améliorer la précision du système.

Dans un avenir plus ou moins proche, cette technologie pourrait avoir un effet durable sur le comportement des automobilistes. Rappelons au passage que certaines applications mobiles permettent actuellement de déverrouiller et démarrer un véhicule. En cas d’ivresse, l’application Phyphox pourrait alors désactiver ces fonctionnalités, évidemment de façon temporaire.

Enfin, cette innovation en rappelle clairement une autre. En 2019 en Russie, la société Yandex.taxi rachetée par Uber a équipé ses véhicules d’un logiciel de reconnaissance faciale. Ce dernier placé sur le pare-brise des taxis est capable de détecter la fatigue des chauffeurs en surveillant les éventuels bâillements et autres signes caractéristiques. Là encore, le dispositif inclut un moyen d’interdire au chauffeur d’accepter de nouvelles courses en cas de besoin.