in

Est-il vraiment impossible pour les grands singes de parler ?

Crédits : Pixabay

La Science a longtemps pensé que les grands singes ne pouvaient pas s’exprimer comme nous, car l’anatomie de leur larynx rendait la chose impossible. Or, des recherches montrent que les grands singes peuvent avoir un langage.

Les singes communiquent souvent avec des gestes. Dans le cas des chimpanzés, ceux-ci se tendent la main pour faire la paix, se donnent des tapes pour s’inviter mutuellement à jouer ou encore lèvent le bras pour demander à se faire épouiller. Par ailleurs, il a récemment été découvert que les gestes – et leurs significations – étaient les mêmes entre les chimpanzés et les singes bonobos.

Il faut savoir que chez nos cousins chimpanzés, ce ne sont pas les organes de la phonation qui manquent, mais plutôt les connections neuronales en lien avec les capacités cognitives permettant d’articuler et de former des sons intentionnellement. Selon Science & Vie, des recherches récentes montreraient qu’une forme de langage existe bien chez les grands singes, destinée à influer sur le comportement de leurs semblables. Dans le cas des bonobos trouvant de la nourriture par exemple, ceux-ci émettent cinq formes de cris en fonction de la qualité des aliments.

Les primatologues connaissent tous Kanzi, un singe bonobo mâle né en 1980. Celui-ci est légèrement capable de comprendre l’anglais, et reconstruira par ailleurs le sens d’un ordre qu’il n’a jamais entendu auparavant avant d’y obéir. Ceci implique que ce primate maîtrise la double articulation et la créativité, deux caractéristiques essentielles du langage humain inclues dans “les 13 grandes caractéristiques définissant le langage humain” définies par le linguiste Charles Hockett. Par ailleurs, si les bonobos dans leur grande majorité ne comprennent pas les humains, ceux-ci en seraient cognitivement capables.

Cependant, il y a bien une caractéristique qui est considérée comme étant peut-être un saut cognitif trop important pour les grands singes : la “capacité de déplacement”. Il s’agit tout simplement de notre capacité à parler de choses qui ne se trouvent pas dans notre environnement immédiat, qu’il s’agisse de choses passées ou futures, ou encore d’éléments qui n’ont pas été et qui ne seront jamais, mais qui auraient pu être.

Source