in

Est-il possible d’améliorer sa mémoire à l’aide de compléments alimentaires ?

Crédits : niekverlaan/Pixabay

Les compléments alimentaires sont légion, qu’il s’agisse de minéraux, de vitamines ou encore de plantes. Cependant, jamais l’un de ces produits n’a prouvé son efficacité en termes d’amélioration de la mémoire, autant chez les jeunes que chez les personnes âgées.

Bêta-alanine, Mémoboost, Biomag, Oligosol… Tout autant de pilules disponibles en pharmacie et présentées comme étant des compléments alimentaires. La phytothérapie est également prisée, par le biais de plantes telles que la Commiphora wightii ou le Ginkgo biloba — particulièrement utilisé en médecine chinoise. Les vitamines sont également de la partie, particulièrement les B1, B6, B9, B12 ainsi que les minéraux tels que le cuivre, le zinc, le magnésium ou encore le manganèse.

Pourtant, selon Serge Hercberg, épidémiologiste directeur de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) interrogé par Science & Vie, « il n’y a aucun argument scientifique pour justifier la prise de ces suppléments ». En revanche, il est question d’un effet placebo, ce qui est mieux que rien mais ne justifie peut-être pas autant de diversité et d’engouement pour cette folle quantité de compléments alimentaires.

Si les prétendus effets de ces produits sur la mémoire (peu importe la tranche d’âge) n’ont jamais été prouvés, ceux-ci peuvent néanmoins agir sur l’attention en l’augmentant légèrement mais cela est déjà le cas avec des substances comme la caféine ou encore la nicotine.

En 2010, Serge Hercberg mettait déjà en garde à propos des dangers que représenterait le bêta-carotène (pro vitamine A), fréquent dans certains compléments alimentaires. Citant des études réalisées dans les années 1990, l’intéressé pointait un risque accru de 20 à 30 % du cancer du poumon chez les fumeurs en cas de surdose de bêta-carotène.

Les compléments alimentaires sont également présents dans le sport, notamment en musculation, un phénomène plutôt dangereux prenant une nouvelle direction avec les réseaux sociaux et YouTube, comme l’indique un récent article de Slate.