in

Des petits robots pourraient un jour explorer les océans extraterrestres

Crédits : NASA/JPL-Caltech

Les océans souterrains de plusieurs lunes sont parmi les endroits les plus prometteurs pour rechercher la vie extraterrestre. Dans le but de pouvoir un jour les explorer, le Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA vient d’investir dans un concept proposant la libération d’essaims de minuscules robots nageurs.

Europe, la lune de Jupiter, et Encelade, la lune de Saturne, figurent parmi les corps les plus prometteurs pour y rechercher la vie au-delà de la Terre. Nous savons en effet que ces deux objets abritent un vaste océan potentiellement salé et en contact avec le noyau rocheux niché sous une épaisse croûte de glace. En théorie, des réactions chimiques susceptibles de conduire à l’apparition du vivant pourraient être possibles. Le seul moyen d’en avoir le cœur net est toutefois de se rendre directement sur place.

Plusieurs concepts visant à percer ces épaisses couches de glace de plusieurs kilomètres d’épaisseur ont déjà été envisagés. L’un d’eux, nommé ARCHIMEDES est proposé par la société Stone Aerospace. L’idée serait de pénétrer la glace en utilisant un laser véhiculé par un câble de fibre optique.

Un essaim de robots-nageurs

Une autre idée plus récente viserait à utiliser un « cryobot », un robot qui utilise la chaleur pour faire fondre la glace. Une fois dans l’eau, celui-ci libérerait de petits robots destinés à collecter des données. Une telle approche pourrait véritablement étendre la portée d’une mission envoyée pour étudier les océans extraterrestres.

Ce concept appelé « Sensing With Independent Micro-Swimmers » (ou SWIM) a été proposé par Ethan Schaler, ingénieur en mécanique robotique au Jet Propulsion Laboratory (JPL).

Bien que l’envoi d’explorateurs robotiques sur d’autres planètes et lunes ne soit pas une idée nouvelle, le concept de SWIM utiliserait des robots beaucoup plus petits que ceux déjà proposés. Ces derniers ne mesureraient qu’une douzaine de centimètres de long et n’occuperaient qu’environ 60 à 75 centimètres cubes de volume. Chaque robot embarquerait son propre ordinateur de bord, son système de propulsion, un système de communication par ultrasons et divers capteurs permettant de mesurer la température, l’acidité, la pression ou d’autres variables.

robots océans europe jupiter
Une illustration de l’ensemble de la mission SWIM. Celle-ci comprend l’envoi d’un atterrisseur, d’un cryobot et d’un essaim de robots nageurs. Crédits : NASA/JPL-Caltech

Le nouveau financement accordé au concept SWIM s’élève à 600 000 dollars américains. Il permettra aux chercheurs de travailler sur l’inclusion de capteurs chimiques visant à détecter des biomarqueurs dans les plans d’eau.

Notez que ce concept de micronageurs n’est pour l’heure qu’une idée sur le papier. Il n’est actuellement envisagé pour aucune mission spécifique de la NASA. Cependant, rappelons que l’agence travaille actuellement au lancement de sa mission Europa Clipper en 2024, qui vise à faire plusieurs survols de la lune Europe. Les données collectées sur place pourraient alors aider au développement d’une future mission intégrant ces petits robots. D’autres missions d’exploration sont également envisagées sur Encelade.