in

Une des espèces de chats sauvages les plus rares au monde a été observée pour la première fois en 10 ans

Crédits : DocTaxon / Wikipédia

Pour la première fois depuis près de 10 ans, des chercheurs ont réussi à observer à l’état sauvage trois chats des sables arabes, ou chats du désert, aux Émirats arabes unis. Cette sous-espèce de chats des sables est si difficilement observable qu’à ce jour, les scientifiques ne savent presque rien sur eux.

Ces observations permettront certainement d’en apprendre plus sur cette espèce, et ainsi mieux comprendre comment il est possible de la protéger. En effet, d’après John Newby, membre de la fondation de protection du Sahara, « Il y a une véritable absence de scientifiques étudiant les chats des sables, très peu d’observations sont faites afin d’évaluer le comportement, la population, et le statut de l’espèce ».  Les chats des sables sont insaisissables, et les seules observations à l’état sauvage jusqu’alors rapportées à leur sujet sont anecdotiques. On peut observer des chats des sables dans les déserts d’Afrique du nord et du sud-ouest, ainsi qu’en Asie centrale. En raison de leur population dispersée et en déclin, les chats des sables ont été classés comme espèce quasi menacée depuis plusieurs années déjà.

À cause de ce manque d’informations et de la vulnérabilité de l’espèce, le chercheur Shakeel Ahmel de l’agence de l’environnement d’Abu Dhabi a décidé de monter une équipe de scientifiques afin de réussir à observer et filmer le comportement des chats des sables dans la nature. Ainsi, en 2015, Ahmed et son équipe partent pour la région de Baynouna à Abu Dhabi, équipés de pièges photographiques et de nourriture afin d’attirer les chats. Suite à près d’un mois de patience, ils réussirent enfin à capturer l’image d’un chat. Grâce à cette observation, l’équipe scientifique a collecté près de 46 photos de l’espèce, ce qui est remarquable, comprenant l’observation de 3 individus dans la zone d’observation.

Grâce à cette expédition, on en sait un peu plus sur les chats des sables. Sortant seulement la nuit, leur climat idéal serait une température comprise entre 11°C et 28°C. « Un total de trois individus a été enregistré, dont un mâle. Environ 80% des observations ont été menées entre minuit et six heures, et 39% ont été enregistrées lors des nuits de pleines lunes », d’après le rapport de l’équipe scientifique. « Ce sont les premières observations confirmées de la présence de chats arabes des sables dans la région occidentale de l’émirat d’Abu Dhabi, faisant suite à une observation non confirmée en 2005. ».

En dehors de cela, l’équipe a aussi été capable d’observer d’autres types d’animaux vivant dans cette même région, comme des gerbilles, des gerboises, et quelques reptiles, dont des geckos et des lézards, ce qui pourrait nous donner des indications sur le type de proies des chats.

Ces nouvelles découvertes permettront aux scientifiques de mieux protéger l’espèce, en effet, d’après John Newby, « il est clair que la recherche sur le terrain sera extrêmement utile afin de mettre en place des plans de conservation des chats des sables ainsi que de leurs habitats, (…) les scientifiques doivent continuer les recherches sur la façon dont les chats des sables vivent afin de créer une zone de protection adaptée ».

Source