in

Espagne : cette société est poursuivie pour électrocution d’oiseaux

Crédits : PxHere

À Barcelone, la compagnie d’électricité Endesa et six de ses cadres supérieurs sont la cible d’une procédure judiciaire. Pas moins de 33 000 oiseaux de proie meurent par électrocution chaque année. Et des pylônes mal isolés sont à l’origine de ce massacre.

Une entorse à la protection de la faune sauvage

En Espagne, le procureur général de l’environnement de Barcelone Antoni Pelegrín a mené une enquête sur trois années. Comme l’explique The Guardian dans un article du 16 avril 2021, il a pris la décision d’engager des poursuites judiciaires pour crimes écologiques contre la compagnie d’électricité Endesa et six de ses cadres supérieurs. La péninsule ibérique ainsi que le détroit de Gibraltar représentent l’une des principales voies de migration aviaire du monde. Chaque année, des millions d’oiseaux traversent les Pyrénées. Or, selon Antoni Pelegrín, la compagnie a manqué aux exigences de sécurité et a enfreint la réglementation en lien avec la protection de la faune sauvage.

Les oiseaux de petite taille ne sont pas vraiment concernés, à l’inverse des espèces plus imposantes. En déployant leurs ailes, ces oiseaux peuvent s’électrocuter en touchant un pylône mal isolé. La Société espagnole d’ornithologie (SEO) déplore la mort d’environ 33 000 oiseaux de proie chaque année sur le million de câbles présents dans le pays. Au passage, l’électrocution est la première cause de mortalité chez les espèces menacées que sont l’aigle royal et l’aigle de Bonelli. La SEO estime également à environ cinq millions le nombre d’oiseaux toutes espèces confondues perdant la vie après avoir heurté des câbles.

aigle de Bonelli
L’aigle de Bonelli – Crédits : Adrien Chateignier / Flickr

Les efforts d’Endesa sont insuffisants

Le problème en lui-même est bien connu depuis les années 1980, tout comme les mesures à prendre. En revanche, les installations de nouvelles lignes non conformes se poursuivent encore aujourd’hui. En 2013, la compagnie Endesa avait pourtant présenté un plan au gouvernement de Catalogne. Il s’agissait de remettre les lignes en conformité avec la réglementation. Néanmoins, les plaignants n’ont constaté que quelques ajustements insuffisants au cours des dernières années.

Si Endesa n’a pas encore répondu aux accusations d’Antoni Pelegrín, elle a d’ores et déjà affirmé vouloir investir 4,6 millions d’euros pour la protection des oiseaux en 2021. La société a également rappelé avoir financé en 2020 la sécurisation de 659 pylônes défaillants, à hauteur de 2,2 millions d’euros.

Les pylônes électriques ne sont pas les seules installations du genre auquel les aigles et autres oiseaux doivent faire face. Les éoliennes et leurs pâles sont également un danger. Il y a quelques mois, des chercheurs ont testé un système capable de repérer des espèces protégées jusqu’à un kilomètre de distance. Cela a ainsi permis une diminution de 62% des collisions chez les aigles. Si le risque zéro n’existe pas, ce genre d’innovation n’en demeure donc pas moins positive.