in

Epsilon Eridani, un système planétaire “similaire et plus jeune” que le nôtre fascine les astronomes

Crédits : NASA/SOFIA/LYNETTE COOK

Cela fait une cinquantaine d’années que le système planétaire Epsilon Eridani (ou Ran) fascine les astronomes. Des recherches récentes apportent plus d’informations, révélant un système « remarquablement semblable » au nôtre.

Epsilon Eridani est la dixième étoile la plus proche du Système solaire, visible dans la constellation australe de l’Éridan et elle est située à 10,5 années-lumière de notre Soleil. Elle fascine et intrigue les astronomes depuis les années 60, lorsqu’elle fut l’une des premières étoiles à être épiée dans le cadre du SETI, un programme de recherche de civilisations extraterrestres. Les écoutes menées à l’époque n’avaient toutefois pas révélé une telle existence.

Cette étoile, une naine orange moins grosse et massive que le Soleil, est encore jeune puisque les astronomes estiment son âge à environ 800 millions d’années. Au fil des décennies, le système Epsilon Eridani s’est révélé de plus en plus. En 2000, une équipe de chercheurs a découvert que l’étoile n’était pas seule, mais accompagnée d’une planète située à une distance équivalente à celle Jupiter avec notre Soleil. Autre similitude, la présence de deux ceintures d’astéroïdes suggérée en 2008, l’une comparable à celle que nous avons entre Jupiter et Mars et l’autre à notre ceinture de Kuiper.

Crédits : NASA/JPL-Caltech

Récemment, c’est l’équipe menée par Kate Su, astrophysicienne à l’Université de l’Arizona, aux États-Unis, qui a utilisé le télescope aéroporté SOFIA (Stratospheric Observatory for Infrared Astronomy) de la NASA comme outil pour en savoir plus sur ce système.

Dans la revue The Astronomical Journal, ces scientifiques rapportent leurs conclusions d’observations, confirmant la présence de deux ceintures de débris. Une interne à la même distance que la ceinture d’astéroïdes dans notre système solaire et une externe. Entre les deux ceintures, il y a au moins une planète (Epsilon Eridani b) et sans doute au moins deux autres au-delà de la ceinture externe.

« La matière chaude se situe près de l’orbite de la planète jovienne. En outre, un objet de masse planétaire est nécessaire pour arrêter la “feuille »’ de poussière de la zone extérieure, il est semblable au rôle de Neptune dans notre Système solaire”, explique l’astrophysicienne. “Il est vraiment impressionnant de voir comment eps Eri, une version beaucoup plus jeune de notre Système solaire, s’est mis en place comme le nôtre”, conclut-elle.

Cette étoile héberge un système planétaire qui subit actuellement les mêmes processus cataclysmiques qui se sont produits au sein du système solaire dans sa jeunesse. Au moment où la lune a gagné la plupart de ses cratères, la Terre l’eau de ses océans et que des conditions favorables à la vie se sont installées sur notre planète”, explique de son côté Massimo Marengo de l’université de l’Iowa.

L’imminence du lancement du télescope spatial James Webb et la proximité de ce système devraient nous permettre d’en apprendre encore plus au cours des prochaines années.