in

Une lourde épée viking « hautement décorée » passe aux rayons X

épée viking
Crédits : Historic Environment Scotland

Des archéologues ont récemment analysé aux rayons X une épée viking retrouvée au nord de l’Écosse en 2015. Si la lame est fortement corrodée et la poignée recouverte de matières organiques minéralisées, ces travaux la révèlent néanmoins sous un nouveau jour, soulignant notamment un pommeau très travaillé.

Cette épée fait partie d’un trésor viking découvert en 2015 sur un lieu de sépulture à Papa Westray. Pour vous situer, nous sommes sur l’une des îles Orcades, située au nord de l’Écosse continentale. Pour les chercheurs, le site remonterait aux colons norvégiens de première génération. Ils auraient débarqué dans la région au cours du 10e siècle.

Sur place, les archéologues ont trouvé l’épée posée sur des restes humains dans une position très inhabituelle. Concrètement, la poignée était placée au niveau de la hanche tandis que la pointe touchait quasiment le visage. Ce type de disposition s’oppose au placement plus courant de l’épée positionnée la lame vers le bas.

La sépulture contenait également une boucle en laiton, six flèches et un bossage de bouclier. Il s’agit de la partie centrale en métal d’un bouclier qui protégeait la main du soldat, faisant aussi du bouclier une arme offensive puissante pour frapper l’ennemi.

Une arme hautement décorée

L’épée était en très mauvais état. Aussi, pour ne pas risquer de la détruire, les chercheurs ont préféré l’extraire avec son bloc environnant pour ensuite la transférer vers le laboratoire d’AOC Archaeology.

Ces opérations terminées, la seule façon pour les chercheurs de voir à quoi ressemblait cette épée à l’origine était de l’analyser avec des rayons X. Ces travaux ont révélé de nombreux détails, notamment au niveau de la poignée. L’équipe a publié l’image radiographique ci-dessous le 7 décembre dernier. On y distingue une série d’octogones allongés utilisés pour créer un motif en forme de nid d’abeille. Ces derniers ont probablement été taillés dans des métaux non ferreux.

épée viking
Crédits : AOC Archaeology

Une arme lourde avec sa housse ?

Ce type d’épée, appelé Pedersen Type D, est « l’une des plus lourdes de l’ère viking » et nécessitait une « poignée substantielle pour la stabiliser« , ont écrit les chercheurs. « Nous connaissons au moins trente de ces lames dans le monde viking, dont environ la moitié ont été trouvées en Norvège. D’autres ont été découvertes plus à l’ouest, près de Dublin, d’autres plus à l’est, en Slovaquie, en Pologne et en Russie. »

La poignée est également recouverte de matières organiques minéralisées. Selon les auteurs de l’étude, elles peuvent représenter les restes d’une housse de protection cousue directement sur l’épée. Si tel est le cas, il s’agirait d’un rare aperçu de la façon dont les armes étaient stockées à cette époque dans la région.

Les chercheurs prévoient de poursuivre ces analyses. « C’est si fragile que nous ne savons même pas encore à quoi ressemble le dessous, donc notre compréhension changera certainement dans les mois à venir« , ont-ils déclaré. Espérons que cette lame « aura beaucoup d’histoires à raconter« .