Une entreprise chinoise prépare une constellation de 10 000 satellites

Landspace satellites
La troisième fusée Zhuque-2 décolle du port spatial de Jiuquan le 8 décembre 2023. Crédit : Landspace

Dans une ère où les constellations de satellites deviennent monnaie courante, une entreprise chinoise liée au fabricant de fusées commerciales Landspace se lance dans la compétition. Son objectif : libérer 10 000 de ces machines en orbite terrestre basse.

Les détails de la mégaconstellation Honghu-3

Alors que SpaceX et son projet Starlink dominent actuellement le marché des constellations satellitaires, une annonce récente suggère que la Chine pourrait bientôt rejoindre la course avec sa propre initiative. Shanghai Lanjian Hongqing Technology Company, également connue sous le nom de Hongqing Technology, a en effet déposé une notification auprès de l’Union internationale des télécommunications (UIT) pour une constellation comprenant pas moins de 10 000 satellites.

Notez que Hongqing Technology, initialement concentré sur le développement de propulseurs à effet Hall, détient une participation de 48 % dans Landspace, un jeune constructeur de fusées basé à Pékin.

Le dossier déposé par Hongqing Technology décrit les plans pour une constellation nommée Honghu-3 qui est composée de satellites répartis sur 160 plans orbitaux. Ce dépôt vise à informer l’Union internationale des télécommunications (UIT) et les États membres de l’intention de lancer un tel réseau ou système satellite afin que les autres parties prennent connaissance des plans et évaluent les éventuelles interférences avec leurs propres systèmes satellitaires.

Cette initiative constitue la troisième mégaconstellation de plus de 10 000 satellites prévue par des entités chinoises. Elle fait en effet suite au plan national Guowang (environ 13 000 satellites) et à la proposition du G60 Starlink soutenue par Shanghai, tous deux approuvés par la Commission nationale chinoise du développement et de la réforme (NDRC).

Les premiers lots de satellites de cette nouvelle constellation devraient être lancés dans les mois à venir. Ce projet s’inscrit dans une initiative plus large du gouvernement de Shanghai visant à favoriser un écosystème spatial commercial robuste comprenant une gamme de satellites, de lanceurs, d’applications et d’infrastructures associées.

constellation satellites
Crédits : Rick_Jo/istock

Vers un risque de congestion ?

La congestion de l’espace est un problème croissant alors que de plus en plus de satellites sont lancés pour fournir des services de communication, d’imagerie, de surveillance et d’autres applications. Avec chaque nouveau lancement de satellites, l’espace autour de la Terre devient de plus en plus encombré, ce qui augmente le risque de collisions entre satellites en orbite et avec les débris spatiaux déjà présents.

Or, ces collisions pourraient non seulement endommager ou détruire des satellites coûteux, mais également générer des débris supplémentaires, créant ainsi un cercle vicieux de congestion et de danger accru.

L’annonce de la mégaconstellation chinoise Honghu-3 ravive ainsi naturellement ces inquiétudes. Avec SpaceX poursuivant le déploiement de sa constellation Starlink, qui compte déjà plus de 5 000 satellites opérationnels, l’ajout prévu de 10 000 satellites supplémentaires par Hongqing Technology soulève des questions majeures quant à la durabilité et à la gestion de l’espace extra-atmosphérique.