in

Souffrez-vous d’illectronisme comme 20% des Français ?

Crédits : Pexels / Kaboompics .com

Vous vous êtes sûrement déjà dit que l’accès à un site internet ou bien une démarche administrative en ligne peut vite devenir très compliqué. Vous souffrez peut-être d’illectronisme : l’illettrisme des ordinateurs.

Définition de l’illectronisme

Le mot en lui-même est un néologisme formé à partir des mots suivants : illettrisme et électronique. Il désigne l’incapacité de certaines personnes à naviguer sur Internet de manière intuitive.

Une enquête récente parle du sujet de l’illectronisme

Une enquête du CSA pour le Syndicat de la presse sociale a été publiée. On y apprend plusieurs choses, notamment l’état actuel du parc informatique en France. L’enquête met aussi en parallèle les résultats pour l’ensemble de l’échantillon et les résultats pour les seniors 70 ans ou plus.

Ainsi, voici ce que les statistiques disent :

  • 89 % des foyers français ont au moins un appareil relié à Internet contre 67 % pour les seniors.
  • 6 % du grand public ne sait pas comment est relié son appareil au réseau, contre 27 % des seniors.
  • Les Français qui n’ont pas de connexion chez eux ne vont pas se connecter ailleurs. Cela concerne 70 % des personnes interrogées qui n’ont pas de connexion à domicile.
  • 3/4 des Français utilisent Internet quotidiennement.
  • Ceux qui n’utilisent pas Internet le font par manque d’intérêt.
  • Quel que soit l’âge, le Web est un outil de prise d’information et de communication avant tout, les réseaux sociaux sont à la 6e place de la liste.
  • 74 % de l’échantillon utilise Internet pour rester en contact avec ses proches ou amis, contre 49 % pour les seniors.
  • 78 % des Français utilisent facilement les outils sur le net, contre 38 % pour les seniors.
  • Moins d’un Français sur dix a des difficultés à mener une recherche sur la toile contre 20 % des seniors en moyenne.
  • 1/3 des Français a déjà renoncé à faire quelque chose sur Internet car trop compliqué, et ce quel que soit l’âge.
Crédits : Pexels

Aussi, les données collectées ont permis de diviser les utilisateurs en 5 catégories :

  • Les aguerris d’Internet (54 % de l’échantillon) : ils ont divers appareils pour se connecter au Web et non quasiment jamais eu de problème.
  • Les volontaires (25 % de l’échantillon) : ils représentent la moyenne dans cette enquête en termes de possession d’équipements (nombre de terminaux relié au réseau) et d’aisance dans l’utilisation.
  • Les déconnectés (4 % de l’échantillon) : ce n’est pas qu’ils ne sont pas à l’aise, c’est qu’ils n’aiment pas les nouvelles technologies. Ainsi, leur aisance est au moins égale aux volontaires, mais ils possèdent beaucoup moins d’appareils que ces derniers.
  • Les décalés (6 % de l’échantillon) : il s’agit de l’inverse d’une personne déconnectée, ils possèdent plein d’objets connectés mais ne savent pas les utiliser.
  • Les réfractaires (11 % de l’échantillon) : Le réfractaire n’a pas d’objets connectés, il ne sait pas comment s’en servir et de toute façon, il ne veut pas apprendre à les utiliser.

Les conclusions que permet l’enquête

Dans un premier temps, cette enquête met en évidence la fracture qui existe dans la population. En effet, 80 % des Français s’adapteront sans trop de heurts au « tout numérique » promis par le gouvernement pour 2022. Mais 20 % des gens feront un blocage, et il n’existe à ce jour aucune solution proposée par l’État pour passer outre.

De plus, selon les statistiques, ce profil de personnes bloquées correspond à celui du « français moyen ». Par exemple : les deux tiers font partie de la population active, la répartition homme/femme correspond à la population, on en retrouve à parts égales dans toutes les catégories socio-professionnelles.

Sources : Premier rapport d’enquête du CSA sur l’illectronisme, Second rapport d’enquête du CSA sur l’illectronisme

Articles liés :