in

En se posant sur l’astéroïde Ryugu, la sonde Hayabusa2 a laissé sa marque

Crédits : JAXA, Université de Tokyo

La sonde japonaise Hayabusa2 s’est posée avec succès le 22 février dernier sur l’astéroïde Ryugu, à 340 millions de kilomètres de la Terre. Un séjour de courte durée, mais suffisant pour témoigner du passage de la sonde.

La mission s’est déroulée sans encombre. Le 22 février dernier, la sonde Hayabusa2 s’est rapprochée de sa cible – l’astéroïde Ryugu – pour finalement atterrir près de l’équateur. Un passage éclair, le temps de tirer une balle de tantale à une vitesse de 300 mètres par seconde. Objectif : fragmenter la roche dans le but de récolter un échantillon de l’astéroïde. Mis sous scellé, celui-ci devrait être ramené sur Terre en 2021 pour analyses.

De cet atterrissage historique, l’astéroïde devrait garder une trace visible. En témoigne cette image (droite) prise une minute après le toucher de la sonde, qui avait déjà repris son envol.

astéroïde hayabusa2
À gauche, le site d’atterrissage avant la descente de la sonde ; à droite, le même site une minute après s’être posée. On y voit très clairement la “marque déposée”, à environ 25 mètres d’altitude. Nous sommes à 340 millions de kilomètres de la Terre. Crédits : JAXA, Université de Tokyo 

« À l’heure actuelle, note la JAXA (Japan Aerospace Exploration Agency) sur son site, la raison de cette décoloration est inconnue, mais elle résulte peut-être du grain poussé par les propulseurs ». Notons qu’il n’y aura pas qu’un atterrissage. Il est en effet prévu que la sonde vienne se poser par trois fois dans le but de maximiser ses chances de collecte. Le voyage de retour, lui, devrait être entrepris à partir du mois de décembre prochain.

Clarifier les origines de la vie

L’un des principaux objectifs de la mission sera de lever le voile sur l’origine de la vie sur notre planète. Pour ce faire, il est important d’étudier différents types d’astéroïdes, à savoir les astéroïdes de type S, C et D. Ruygu, lui, est un astéroïde de type C, un corps primordial contenant des minéraux organiques ou hydratés.

« On pense que les matériaux nécessaires à la vie ont été étroitement liés dans la nébuleuse solaire du système solaire primitif, explique la JAXA sur son site. Nous espérons donc clarifier l’origine de la vie en analysant des échantillons acquis à partir d’un corps céleste primordial tel qu’un astéroïde de type C pour étudier la matière organique et l’eau dans le système solaire, et la manière dont elles coexistent tout en s’affectant ».

En d’autres termes, les astéroïdes sont soupçonnés d’avoir apporté sur Terre de l’eau et des matières organiques il y a plusieurs milliards d’années. Ces “colis” déposés auraient ensuite permis à la vie d’apparaître et de se développer. En analysant les échantillons prélevés de Ryugu, les chercheurs japonais pourraient être en mesure de confirmer cette théorie, et d’évaluer dans quelle mesure les astéroïdes ont effectivement pu jouer un rôle.

Source

Articles liés :

Et si nous installions une station spatiale à l’intérieur d’un astéroïde ?

Bizarrement, de plus en plus d’astéroïdes impactent la Terre

L’astéroïde Bennu comme vous ne l’avez encore jamais vu