in

En Russie, un hiver anormalement doux réveille les ours et inquiète la population

Crédits : Alexas_Fotos / Pixabay

Il fait trop chaud dans les îles Sakhaline et Kouriles, à la pointe orientale de la Russie. Une température anormalement élevé qui réveille les ours, sortis prématurément de leur sommeil hivernal. En quête de nourriture, les plantigrades s’approcheraient dangereusement des lieux habités.

« Du fait d’un hiver relativement doux et des récentes pluies, les ours bruns ont commencé à sortir de leur tanière avec une semaine et demie à 2 semaines en avance ». Les autorités russes viennent en effet d’annoncer le réveil des ours bruns sur les îles Sakhaline et Kouriles situées dans le nord-ouest de l’Océan Pacifique, dans l’Extrême Orient russe. Ces îles peuplées de plus d’un demi-million d’habitants comptent toutes deux une population d’ours bruns. Le message des autorités insiste également sur la dangerosité des ours bruns lorsqu’ils sortent de leur période d’hibernation. Affamés, ils ont tendance à s’approcher des agglomérations et peuvent s’attaquer aux populations.

C’est dans la station de ski de Sakhaline que des touristes ont aperçu un ours avec sa progéniture se balader dans la forêt. Intrigués par cette rencontre, ils ont alors prévenu les employés de la station qui ont ensuite relayé l’information jusqu’aux autorités locales. Une équipe de chasseurs a été dépêchée sur place afin d’explorer le territoire et placer des appâts.

« La question de l’élimination des animaux ne se pose pas encore », affirme le communiqué, en se basant sur l’avis de spécialistes. « Si la famille (d’ours) ne réagit pas à l’appât et si elle s’approche davantage des habitations, alors il faudra envisager de les abattre ». Les autorités ont aussi appelé la population à « ne pas laisser de déchets dans la forêt, dans les maisons et dans les jardins » ou encore de ne pas photographier ou nourrir les prédateurs.

Les ours et les hommes ne pouvant vivre en harmonie pour des raisons évidentes, il semble donc que leur avenir devienne incertain. Les ours, victimes du réchauffement climatique, pourraient perdre la vie en s’approchant trop près des lieux encore habités à cette période. Une bien triste réalité…

De son côté, le Centre hydrométéorologique de Russie annonce qu’un hiver aussi doux n’avait jamais été observé depuis la création de l’organisme en 1891, ce qui explique le réveil prématuré des ours bruns des îles Sakhaline et Kouriles.

Source : AFP