in

En images, la « super Lune de sang » si vous n’avez pas eu la chance de l’observer

Crédits : KBOutdoors / Pixabay

Le phénomène était annoncé comme rare et vous êtes nombreux à vous être levé en pleine nuit pour tenter d’apercevoir la Lune de sang. Malheureusement, tout le monde n’a pas eu cette chance, il fallait se lever très tard (ou très tôt selon le point de vue) et profiter d’un ciel bien dégagé. Une partie des habitants du sud-est de la France se trouvaient ainsi sous les nuages au moment fatidique tandis que d’autres ont pu voir la Lune disparaitre puis se draper de rouge. Retour en images sur cette éclipse qu’il ne fallait pas rater.

Ce lundi 28 septembre, la « super Lune de sang » s’est dévoilée entre 4h11 et 5h23, il fallait donc se lever avant l’aube pour pouvoir l’apercevoir, un phénomène rarissime qui ne se reproduira pas avant 2033 et dont le dernier évènement date de 1982. Le phénomène de « super-Lune » se produit, car l’orbite de notre satellite est elliptique plutôt que circulaire. Si la distance moyenne séparant la Terre de la Lune est de 384 467 km, cette dernière peut s’éloigner jusqu’à 405 696 km, son apogée, et se rapprocher jusqu’à 363 104 km, son périgée. C’est lorsqu’elle s’approche, ou atteint son périgée qu’on parle de « super-lune », ou « périgée-syzygie ». Durant ce phénomène, notre satellite apparaît en moyenne 14% plus grand et 30% plus lumineux qu’à la normale.

Les éclipses totales de « super-Lune » sont très rares ; elles ne se sont produites que cinq fois depuis 1900 (en 1910, 1928, 1946, 1964 et 1982). Il s’agit donc de la combinaison entre le périgée de notre satellite, et un alignement Lune, Terre, Soleil. Avant de laisser le ciel dans l’obscurité, la Lune prendra une couleur rougeâtre. Ce phénomène est le même que celui qui fait que le soleil devient rouge au moment de disparaître à l’horizon.

Avatar

Rédigé par Raphaël Rezvanpour