in ,

En France, on expérimente la VR pour lutter contre les violences conjugales

Crédits : StockSnap / Pixabay

Le ministère de la Justice vient tout juste de débuter la phase de test d’un dispositif très particulier. Une trentaine d’hommes déjà condamnés se confrontent à une expérience de réalité virtuelle. Le but ? Appréhender et comprendre les émotions que ressentent les victimes.

Comprendre la peur des victimes

Récemment, la start-up Reverto a collaboré avec le ministère de la Justice dans le cadre de l’élaboration d’une expérience de réalité virtuelle. Comme l’expliquait France 3 régions le 25 septembre 2021, il s’agit ici de lutter contre la récidive chez les hommes déjà condamnés pour violences conjugales. Pas moins de 28 hommes dans trois villes françaises – dont Lyon – ont été choisis pour participer une année entière. Certains sont des détenus et d’autres, des condamnés suivis en milieu ouvert. Les porteurs du projet ont estimé avoir choisi les profils comportant le plus de risques de récidive.

Le scénario de l’expérience VR reprend les thématiques propres à la violence conjugale. Citons notamment la violence psychologique, la violence physique ou encore l’emprise sur la personne. Pour les meneurs du projet, l’expérience en question est une sorte de “machine à empathie” dont le but est de permettre aux condamnés de se mettre à la place des victimes et comprendre leur peur.

« À l’aide de la réalité virtuelle, Reverto vous fera vivre une expérience au cours de laquelle vous serez par moment dans la peau de l’auteur, de la victime et du témoin de violences conjugales. Ressentir les émotions de ces trois personnes développera en vous de l’empathie et éveillera les consciences sur les conséquences de ces violences», peut-on lire sur le site Web de la start-up.

VR violences-conjugales
Crédits : Reverto

Lutter contre les féminicides

L’expérience prend la forme de plusieurs scènes courtes de seulement quelques secondes. Nous retrouvons donc un dîner aux chandelles en couple, suivi d’un échange très vif – s’observant à travers les yeux du mari. Ce dernier est visiblement en situation de stress, car sa femme vient de lui annoncer l’arrivée d’un enfant. Ensuite, le ton monte et le mari devient agressif, une situation que nous observons à travers les yeux de la femme. Enfin, la dernière scène est celle où l’observateur n’est autre que le nouveau-né, assistant impuissant aux coups que reçoit sa mère et à ses appels à l’aide.

Pour les porteurs du projet, il s’agit également d’un moyen d’ouvrir le dialogue avec les condamnés. Il est aussi question d’un outil pouvant servir à la formation des magistrats et des forces de l’ordre afin de mieux appréhender les violences conjugales. L’expérience VR vient s’ajouter aux mesures déjà prises pour freiner la progression des féminicides – comme le bracelet anti-rapprochement. Rappelons qu’en 2020, 90 femmes ont perdu la vie suite aux coups de leur conjoint, 146 en 2019.

Enfin rappelons qu’en 2018, le même studio de production avait mis au point l’expérience VR prenant le nom de “La Traque”. L’objectif était de sensibiliser le public au harcèlement sexuel suite l’affaire Harvey Weinstein, notamment à l’origine des mouvements MeToo et Balance Ton Porc.