in

En forêt, la couleur orangée du tigre est en fait un parfait camouflage

tigre
Crédits : Pixabay

L’idée qu’un tigre orange puisse parfaitement se camoufler dans les forêts vertes laisse un peu perplexe. D’un point de vue humain, seulement. Aux yeux de ses proies, l’animal paraît complètement invisible.

Les tigres vivent dans des environnements variés, des prairies aux savanes, dans les forêts en passant par les milieux tropicaux ou les mangroves. Nous pourrions penser que son pelage rayé à la teinte orangée lui permet de passer inaperçu dans les deux premiers environnements. Mais en forêt, où les teintes sont à dominance verte, son pelage est-il aussi efficace ? Une étude menée par des chercheurs de l’Université de Bristol (Royaume-Uni) nous explique pourquoi c’est effectivement le cas.

Invisible aux yeux de ses proies

Un carnivore a besoin de se camoufler pour passer inaperçu aux yeux de ses proies. Les principales victimes du tigre sont les ongulés (cerfs, sangliers, etc.). Il faut savoir que, comme beaucoup de mammifères, ces animaux sont des dichromates. Autrement dit, ils n’ont que deux types de récepteurs de couleurs fonctionnels dans les yeux. Et ils confondent les pigments rouges et verts. C’est pourquoi, aux yeux d’un sanglier par exemple, un tigre n’apparaît pas en jaune orange, mais semble parfaitement se confondre avec la forêt environnante.

Les chercheurs ont récemment utilisé un algorithme d’apprentissage automatique pour simuler l’apparence du monde tel qu’il est vu par les dichromates. Comme vous pouvez le constater ci-dessous, il n’est pas franchement nécessaire au tigre de changer de couleur.

tigre
Un tigre vu par une espèce dichromate, à gauche, et trichromate à droite. Crédits : Fennell et al. 2019

« Sur la base de nos résultats, et étant donné que la plupart des mammifères non humains ont une vision de couleur dichromatique qui est incapable de faire la différence de manière fiable entre orange et vert, il semble qu’il y ait peu d’avantages pour effectivement devenir vert si le récepteur est dichromate, peut-on lire dans l’étude. Ainsi, les prédateurs (par exemple les tigres), dont les proies principales sont d’autres mammifères (par exemple les cerfs), subissent peu de pression évolutive pour faire évoluer la coloration verte dans une perspective trichromatique ».

Le revers de la médaille

Nous, humains, sommes en revanche des trichromates. Autrement dit, nous disposons de trois récepteurs de couleurs nous permettant de différencier l’orange du vert. C’est pourquoi le tigre nous apparaît en orange. Et c’est peut-être là le malheur de ce félin. D’un point de vue évolutif, le tigre se place en effet en haut de la chaîne alimentaire. C’est un super prédateur. Le problème, c’est que la nature n’avait pas forcément prévu qu’une espèce (Homo Sapiens) allait s’attaquer à l’animal pour gagner de la place (urbanisation, terres agricoles) ou pour des vertus médicinales.

Parfaitement visible aux yeux de l’Homme, le tigre peut donc être mis en joue très facilement de loin. Et notre espèce ne s’en est pas privée. Au cours de ces 100 dernières années, la population de tigres a par exemple chuté de plus de 95 %. Il n’en resterait que 3 800 à l’état sauvage.

Source

Articles liés :

Un abattoir pour tigres découvert en République tchèque

Les tigres à dents de sabre pouvaient-il rugir comme les lions ?

En 10 ans, le nombre de tigres a quasiment doublé au Népal