in

En cas de maladie, les chauves-souris vampires respectent la distanciation sociale

Crédits : Uwe Schmidt / Wikipédia

Au sein d’une colonie de chauves-souris vampires, les relations sociales entre individus existent bel et bien. Toutefois, lorsque l’une d’entre elles tombe malade, elle se retrouve totalement isolée. Or, il s’agit bel et bien ici d’une forme de distanciation sociale ! Mais il s’agit d’une pratique finalement assez rare.

La maladie est synonyme d’isolement

Les chauves-souris de la sous-famille des Desmodontinae sont communément nommées “chauves-souris vampires”. Et pour cause, elles se nourrissent de sang ! Toutefois, l’étude de l’Université du Texas à Austin (États-Unis) publiée sur la plateforme BioRxiv le 18 avril 2020 ne s’intéresse pas à leur régime alimentaire. Dans le cadre de leurs recherches, les scientifiques ont inoculé à plusieurs chauves-souris la molécule lipopolysaccharide (LPS). Il s’agit d’un composant provoquant une réponse immunitaire chez ces animaux. L’objectif ? Comprendre quelles conséquences cette réponse immunitaire aura sur ces individus au sein de leur propre colonie.

Après avoir inoculé la molécule, les chercheurs ont enregistré les cris que les chauves-souris émettent afin d’entrer en contact avec les autres membres de la colonie. Selon les résultats, les individus ayant reçu une injection de LPS émettaient 30 % de cris en moins que les autres. Ainsi, il s’agit ici d’une baisse des interactions sociales sonores. Toutefois, l’étude précise que cette baisse concerne également les interactions physiques. Autrement dit, une chauve-souris malade devient une chauve-souris totalement isolée de la colonie.

chauve souris 2
Crédits : Acatenazzi / Wikipédia

Une pratique assez rare

Meneur principal de l’étude, Sebastian Stockmaier a cependant tenu à nuancer les résultats. Selon lui, cette distanciation sociale semble bien être un comportement visant à préserver les autres membres de la colonie, mais il peut également s’expliquer par la fatigue directement générée par la maladie.

De plus, il faut savoir que la distanciation sociale est finalement très peu pratiquée par les chauves-souris. Ceci s’explique principalement par le fait que leur système immunitaire est très performant. Malheureusement, celui-ci est donc très favorable à la réplication des virus. Autrement dit, les chauves-souris sont de véritables réservoirs d’agents pathogènes !

Ce n’est donc pas un hasard si certaines épidémies graves de ces dernières années se sont déclarées à cause d’elles. Citons notamment Ebola, SARS, MERS ou encore Marburg. Il y a quelques semaines, des chercheurs ont d’ailleurs découvert pas moins de six nouveaux coronavirus chez des chauves-souris en Birmanie. Il se pourrait donc que l’actuel SARS-CoV-2 provienne d’une chauve-souris, mais pour l’heure cette hypothèse ne fait l’objet d’aucune certitude.