in

En Californie, on protège les séquoias des incendies avec des feuilles d’aluminium

Crédits : 12019/pixabay

En prévention d’un incendie ravageur touchant actuellement la région, les autorités gérant deux parcs nationaux californiens voisins ont enveloppé des séquoias avec de l’aluminium. Il s’agit de protéger les spécimens les plus précieux, et ainsi leur éviter une fin malheureuse.

Les meilleurs spécimens reçoivent des « soins »

Comme d’autres régions, la Californie est chaque année est de plus en plus la proie des incendies. En 2017, les incendies dévastateurs en Californie pouvaient même être observés depuis l’espace. Actuellement, les flammes sont présentes dans le Parc national Kings Canyon et le Parc national des Séquoias, ces derniers ayant fait l’objet d’une fermeture à titre préventif. Sur Instagram, les gardes forestiers locaux décrivent comment les pompiers s’y prennent pour protéger les arbres.

À ce jour, les flammes ont déjà détruit pas moins de 96 km² de forêt dans le Parc national des séquoias. Au fur et à mesure que la menace s’intensifie, les spécimens les plus précieux ont reçu les meilleurs soins possibles afin de leur éviter une fin tragique. Les pompiers ont notamment emballé les célèbres Quatre Gardiens à l’aide de feuilles d’aluminium géantes avant d’appliquer une couche de matériau anti-flammes.

publication séquoia Instagram
Crédits : sequoiakingsnps / Instagram

« Le parc national de Sequoia est fermé et tous les employés qui vivent à l’intérieur des limites du parc ont été évacués en raison de la croissance du complexe KNP [ndlr : nom de l’incendie actuel]. Ici, les pompiers affectés au complexe préparent le panneau d’entrée historique Sequoia pour la possibilité d’un incendie dans la région en l’enveloppant d’un matériau résistant aux brûlures à base d’aluminium», peut-on lire dans la publication.

Le séquoia, un arbre résistant désormais menacé

Habituellement, les séquoias sont capables de résister aux incendies de forêt. En effet, ceux-ci ont une écorce épaisse de 2 cm à même d’empêcher les flammes de pénétrer à l’intérieur. En réalité, le danger vient surtout de la possibilité que l’arbre puisse brûler de l’intérieur. Ce scénario malheureux, les pompiers cherchent évidemment à l’éviter, et ce en brûlant de manière préventive la végétation se trouvant autour des arbres – épines, feuilles mortes, herbes. L’objectif est ici clairement d’empêcher les flammes de s’approcher des séquoias.

L’incendie menaçant actuellement le Parc national des Séquoias s’est déclenché par hasard, à la suite d’un coup de foudre. Durant des millénaires, les séquoias ont survécu, car la plupart des incendies se déclenchaient de cette façon, et donc beaucoup moins fréquemment. Or, la donne n’est aujourd’hui plus la même. Effectivement, le climat actuel favorise davantage les incendies de forêt. Depuis le dérèglement climatique à l’œuvre depuis l’ère industrielle, ces feux sont plus fréquents, plus intenses et plus difficiles à contrôler.