in

En Algérie, cet ingénieur agronome cultive le désert pour lutter contre la malnutrition

Crédits : Oxfam-Solidarité

Ingénieur agronome algérien, Taleb Brahim Khaled vit dans le sud-est de l’Algérie. Depuis plusieurs années, celui-ci cultive des aliments et du fourrage dans le désert. Plus généralement, l’objectif de cette initiative soutenue par l’ONU est de lutter contre la malnutrition à grande échelle.

L’hydroponie au cœur du projet

Taleb Brahim Khaled a obtenu son diplôme d’ingénieur en agronomie à l’Université d’Alger (Algérie). Depuis une dizaine d’années, l’homme vit dans un camp de réfugiés situé dans le sud-est de l’Algérie. Comme l’expliquait Oxfam-Solidarité en 2017, l’ingénieur utilise l’hydroponie pour cultiver des fruits et des légumes dans le Sahara, mais surtout du fourrage pour les bêtes. Rappelons que l’hydroponie – intéressant également la NASA – est une technique horticole très ancienne permettant d’établir une culture hors-sol. Or, la terre habituellement utilisée en agriculture classique laisse place à d’autres composés tels que la laine de roche et les billes d’argile. Dans le cas du procédé de Taleb Brahim Khaled, il est naturellement question de sable.

À l’origine, l’ingénieur cultivait modestement quelques tomates et autres choux-fleurs dans une petite cabane au fond de son jardin. Aujourd’hui, l’intéressé est au cœur d’un projet bien plus vaste sobrement baptisé Cultiver dans le désert.

hydroponie fourrage vert 3
Crédits : Oxfam-Solidarité

Améliorer la sécurité alimentaire des populations

En effet, le Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies (PAM) a décidé de financer les recherches de l’ingénieur algérien. Il y a trois ans, l’homme avait présenté son projet et ses avancées au WFP Innovation Accelerator boot camp de Munich (Allemagne). Par ailleurs, les acteurs du projet ont scellé un partenariat avec une société algérienne afin d’installer des unités de production dans des containers. Ces unités peuvent produire jusqu’à 100 kg de fourrage vert par jour, c’est-à-dire assez pour nourrir une vingtaine de chèvres. Par ailleurs, ces unités en containers accompagnent celles fabriquées directement sur place, dont la capacité de production est de 60 kg par jour.

hydroponie fourrage vert 2
Crédits : Oxfam-Solidarité

Par le biais de cette initiative, le PAM désire augmenter la sécurité alimentaire des ménages en leur donnant notamment un meilleur accès à la viande (et au lait) de chèvre. Il s’agit également de générer des opportunités d’emploi à destination de la population locale. De plus, le PAM pense à élargir cette initiative sur l’ensemble des zones arides où les populations sont en grande difficulté. Rappelons tout de même que près de 175 000 personnes vivent dans les camps de réfugiés du Sahara. Or, le taux de malnutrition atteint environ 40 % de la population et touche majoritairement les enfants ainsi que les nouveau-nés.