in

Ces empreintes pré-humaines ont plus de 6 millions d’années

Crédits : Per Ahlberg, Uppsala

Les plus anciennes empreintes connues de pré-humains ont été isolées sur l’île méditerranéenne de Crète. D’après de nouvelles analyses, elles ont été imprimées il y a plus de six millions d’années. Qui en est à l’origine ? Les chercheurs proposent une hypothèse, mais elle fait encore débat.

Des empreintes vieilles de 6,05 millions d’années

L’histoire de l’évolution et les schémas de dispersion des hominidés sont sujets à débat. Un aspect non résolu est l’origine et l’identification des premiers représentants de la lignée hominine. Malgré de nombreuses publications suggérant une origine en Afrique, il existe des preuves que les premiers hominidés pourraient avoir évolué en Eurasie. Une récente découverte faite en Crète penche également pour cette idée.

En 2017, une équipe de chercheurs a trouvé et analysé une série de plus de cinquante empreintes de pas sur la plage de Trachiolos appartenant à l’île grecque de Crète qui auraient été potentiellement laissées par une ancienne créature ressemblant à un hominidé d’il y a 5,7 millions d’années. D’après une nouvelle étude publiée dans Scientific Reports, appuyée par des méthodes géophysiques et micropaléontologique, ces traces pourraient être encore plus anciennes. Elles seraient potentiellement aussi vieilles que 6,05 millions d’années.

Il n’est donc pas ici question d’Homo Sapiens, propulsé dans les archives fossiles il y a 300 000 ans, ni même de notre ancien cousin Homo neanderthalensis apparu il y a environ 430 000 ans. Australopithecus afarensis, un ancien primate connu à partir d’un squelette préservé surnommé Lucy, aurait quant à lui vécu il y a 3,9 millions d’années. A priori, nous devons donc nous projeter plus en arrière.

empreinte
L’une des plus de cinquante empreintes de pas identifiées en 2017 près de Trachilos, en Crète. Les techniques de datation ont maintenant montré qu’elles avaient plus de six millions d’années. Crédits : Université de Tübingen

L’hypothèse Graecopithecus

D’après les auteurs, ces empreintes sont si anciennes qu’elles pourraient avoir été faites par Graecopithecus freybergi. Cet ancien primate, connu à partir de quelques dents vieilles de 7,2 millions d’années retrouvées près d’Athènes (à seulement 250 kilomètres), serait potentiellement le plus ancien ancêtre direct de l’Homme, peu de temps après que notre lignée se soit séparée des chimpanzés.

Pour les chercheurs, la morphologie de ces traces comprend des caractères actuellement considérés comme uniques aux hominidés. « Le pied humain le plus ancien utilisé pour la marche debout avait une boule à l’avant du pied, avec un gros orteil parallèle fort et des orteils latéraux de plus en plus courts« , souligne Per Ahlberg, de l’Université d’Uppsala et co-auteur de l’étude. « Le pied avait également une semelle plus courte que l’australopithèque« .

Toutefois, cette interprétation fait encore débat chez les anthropologues, certains suggérant que cette empreinte pourrait en réalité avoir été faite par un primate non hominidé.

Cela étant, comme dit plus haut, ces traces ont été trouvées sur l’île de Crète et non en Afrique. Bien que la Crète ait été rattachée à la Grèce continentale à cette époque, elle soulève encore des questions sur l’endroit où les anciens hominidés ont évolué pour la première fois.