in

Ces « empreintes fantômes » de 10 000 ans qui n’apparaissent qu’après la pluie

Crédits : US Air Force par R. Nial Bradhsaw

Des archéologues sont récemment tombés sur un ensemble « d’empreintes fantômes » dans les salines d’un désert de l’Utah. Ces pistes anciennes inhabituelles tirent leur nom étrange du fait qu’elles ne deviennent visibles qu’après la pluie, avant de disparaître à nouveau une fois exposées au Soleil.

Des chercheurs sont accidentellement tombés sur une poignée d’empreintes au début du mois de juillet alors qu’ils se rendaient sur un autre site archéologique dans le désert du Grand Lac Salé de l’Utah. Intrigués, ils ont ensuite balayé la zone environnante avec un radar à pénétration de sol (GPR), révélant au moins 88 empreintes de pas individuelles.

D’après les premières analyses, ces traces de pas ont été imprimées dans le sol par des adultes et des enfants il y a au moins 10 000 ans. Cependant, elles pourraient être plus anciennes encore. Il y a quelques années, un groupe de recherche avait en effet découvert les restes d’un camp de chasseurs-cueilleurs datant d’il y a 12 000 ans à quelques kilomètres du site.

empreintes
Crédits : US Air Force par R. Nial Bradhsaw

La zone où ces empreintes ont été trouvées était jadis recouverte d’un grand lac salé. Celui-ci se serait ensuite lentement asséché au cours de la dernière période glaciaire, ne laissant derrière lui que les sels autrefois dissous dans l’eau. Il y a environ 10 000 ans, des humains profitant de l’humidité ambiante auraient alors occupé le site brièvement pendant que la transition s’opérait.

Comment expliquer le va-et-vient de ces empreintes ?

Selon les chercheurs, les conditions auraient alors été parfaites pour créer ce type d’empreintes. « Ces personnes semblent avoir marché dans des eaux peu profondes, le sable remplissant rapidement leur empreinte derrière elles« , détaille Daron Duke, archéologue au Far Western Anthropological Research Group. « Sous le sable se trouvait également une couche de boue capable de maintenir ces empreintes intactes malgré le remplissage. Elles ont depuis été remplies de sel à mesure que les zones humides se desséchaient, ce qui les rend impossibles à distinguer du paysage environnant quand elles sont sèches« .

En temps normal, lorsqu’il pleut, l’eau est rapidement absorbée profondément dans les sédiments, ce qui signifie que le sol retrouve rapidement sa couleur normale. Ici, la couche de boue sous-jacente permet de piéger cette eau, révélant finalement ces empreintes autrement invisibles.

empreintes
Crédits : US Air Force par R. Nial Bradhsaw

Notez que la découverte n’a pas encore été publiée dans une revue à comité de lecture, car les travaux sont toujours en cours. Les chercheurs ont notamment collecté plusieurs de ces empreintes. Des restes de matière organique auraient en effet pu être piégés dans les sédiments par le pied de ceux qui ont les laissées. Si tel est le cas, les chercheurs pourraient alors effectuer des mesures de datation au radiocarbone afin de déterminer leur âge exact.