in

L’empreinte digitale de Michel-Ange a-t-elle été isolée sur une statue de cire ?

Crédits : Victoria and Albert Museum/BBC Two

Selon une récente analyse menée par des experts du Victoria & Albert Museum à Londres, une figurine en cire vieille de 500 ans attribuée à Michel-Ange pourrait afficher l’empreinte digitale du célèbre artiste de la Renaissance.

Sculpteur, peintre, architecte, poète ou urbaniste, on ne présente plus Michel-Ange, auteur entre autres merveilles de David (1504) et de Moïse (1515), et grand architecte du plafond de la chapelle Sixtine. C’est toutefois une oeuvre beaucoup plus discrète qui nous intéresse aujourd’hui. Michel-Ange aurait en effet modelé cette petite pièce en cire (17 cm de haut) baptisée “A slave” (Un esclave) comme modèle pour créer une statue de marbre beaucoup plus grande (A young Slave), commandée initialement pour accompagner la tombe du pape Jules II.

Finalement, la conception de la tombe de ce pape a été modifiée entre-temps et la statue n’a jamais été achevée. Vous la retrouverez aujourd’hui dans la galerie de l’Académie de Florence.

Une empreinte sur les fesses

La petite figurine, façonnée entre 1516 et 1519, appartient quant à elle aujourd’hui au Victoria and Albert Museum, ou V&A, à Londres. Au printemps 2020, alors qu’il faisait inhabituellement chaud dans la région, les conservateurs du musée avaient décidé de la déplacer vers une zone de stockage plus fraîche. À cette époque, l’établissement avait été temporairement fermé à cause de la pandémie de COVID-19.

Cinq mois plus tard, les conservateurs ont ensuite jeté un nouveau coup d’oeil à la figurine entreposée. C’est à ce moment précis, à leur grande surprise, qu’ils ont constaté la présence d’une empreinte sur les fesses de l’individu sculpté.

Les changements de température et d’humidité ont peut-être modifié la composition en cire de la figurine, ce qui a rendu l’impression plus apparente“, ont déclaré des spécialistes au Times. Étant donné que Michel-Ange aurait créé la sculpture, il est donc possible que cette empreinte soit la sienne.

Michel-Ange étant connu pour avoir détruit nombre de ses travaux préparatoires, ce modèle en cire offre donc un aperçu rare de ses premiers processus créatifs. “C’est une perspective passionnante que l’une des empreintes de Michel-Ange ait pu survivre dans la cire“, a déclaré Peta Motture, conservatrice principale au V&A.

michel-ange
Michel-Ange aurait sculpté cette figurine de cire au XVIe siècle. Victoria and Albert Museum/BBC Two
michel-ange
Une vue agrandie du doigt ou de l’empreinte du pouce sur le ventre de la figurine. Crédits : Victoria and Albert Museum/BBC Two

Pour vérifier l’hypothèse selon laquelle cette empreinte est bien celle de Michel-Ange, le personnel du musée envisage de la comparer avec une autre empreinte relevée sur une statue en terre cuite nommée “Deux lutteurs”, travaillée par Michel-Ange en 1530, connue elle aussi pour avoir conservé une empreinte digitale de l’artiste.