in

Il est encore temps d’empêcher une fonte massive de la calotte du Groenland

Crédits : Ralf Greve & coll. 2022.

Des simulations de la calotte glaciaire du Groenland et de sa réponse à différents niveaux de réchauffement climatique ont récemment été effectuées dans le cadre du sixième projet d’intercomparaison des modèles de calotte glaciaire (ISMIP6). En reprenant la contribution de leur modèle à cet effort international, une équipe de chercheurs a étendu l’horizon de ces projections à l’an 3000. Les résultats ont été publiés dans la revue Journal of Glaciology ce 14 mars.

Le protocole expérimental consiste à évaluer la réponse de la calotte glaciaire du Groenland à deux scénarios de réchauffement : l’un où la hausse de la température moyenne se poursuit au rythme actuel tout au long du siècle (RCP 8.5) et l’autre où la hausse des températures est au contraire maîtrisée (RCP 2.6). Le climat atteint en 2100 est ensuite maintenu constant jusqu’au millénaire suivant. Douze simulations ont été effectuées pour le premier scénario et deux pour le second.

Les résultats montrent que d’ici l’an 3000, l’inlandsis groenlandais contribuerait entre seize et quarante centimètres à la hausse mondiale du niveau des mers dans le scénario bas, mais entre 70 centimètres et 3,5 mètres dans le scénario haut, la moyenne étant de 1,7 mètre. On constate que la barre d’incertitudes est bien plus importante dans le cas d’un réchauffement marqué, selon que le modèle active ou non des mécanismes amplificateurs du rythme de fonte.

Contribution de la calotte du Groenland à l’élévation moyenne du niveau des mers selon un scénario de réchauffement haut (intervalle rouge, douze simulations) et bas (intervalle bleu, deux simulations). Crédits : Ralf Greve & coll. 2022.

Comment nos actions présentes engagent le futur lointain : le cas de l’inlandsis du Groenland

Aucune simulation ne conduit à un effondrement soudain de la calotte, même dans le scénario haut où la moitié du volume de l’inlandsis est perdue. Au contraire, celle-ci progresse de façon plus ou moins continue dans le temps. Cependant, l’hypothèse d’un climat figé dans un état caractéristique de la fin du 21e siècle est une hypothèse forte qui ne prend pas en compte la possibilité d’évolution plus défavorable pour la calotte glaciaire. Aussi, les chiffres indiqués pour ce scénario sont probablement sous-estimés.

groenland
Épaisseur et vitesse d’écoulement de la calotte glaciaire du Groenland en 2015 (a,c) et en 3001 (b,d) dans un scénario haut où le réchauffement se poursuit au rythme actuel. Crédits : Ralf Greve & coll. 2022.

Ces simulations ont toutefois le mérite de montrer comment les décisions prises au cours de ce siècle détermineront la fonte de l’inlandsis au cours du millénaire suivant, et probablement au-delà. Le système climatique est, à bien des égards, un système à forte inertie. De la même manière que nos émissions passées de gaz à effet de serre ont déjà engagé un certain niveau de changement climatique, les choix faits dans les décennies à venir détermineront son évolution au cours des prochains siècles et millénaires.