in

Les Émirats arabes unis auront bientôt un rover sur la Lune

Représentation d'artiste du premier atterrisseur lunaire ispace. Crédit : ispace

La Lune s’apprête à recevoir de plus en plus de monde. Si tout se passe comme prévu, un atterrisseur développé par la société japonaise ispace y posera en effet bientôt un petit rover des Émirats arabes unis. Les deux machines seront envoyées vers la Lune par une fusée SpaceX.

Il s’agira d’une première pour les deux prestataires. L’atterrisseur japonais Hakuto-R et le rover Rashid 1 des Émirats arabes unis seront lancés vers la Lune entre le 9 et le 15 novembre depuis le centre spatial Kennedy de la NASA, en Floride, à bord d’une fusée Falcon 9. Le vaisseau spatial (qui intègre l’atterrisseur et son rover) empruntera une trajectoire à faible énergie plutôt qu’une approche directe. En conséquence, l’atterrissage n’aura lieu qu’en mars 2023 sur Lacus Somniorum (le « lac des rêves »). Il s’agit d’une plaine basaltique de latitude moyenne.

Le rover Rashid 1 a été développé par le Centre spatial Mohammed Bin Rashid à Dubaï. Avec ses dix kilos tout mouillé, il sera le plus petit rover à atterrir sur la Lune. Le véhicule sera équipé d’une paire de caméras haute résolution, d’un imageur thermique, d’un imageur microscopique et d’un instrument pour étudier son environnement chargé électriquement. Il ne doit fonctionner que durant un seul jour lunaire, soit quasiment quinze jours terrestres.

rashid rover test
Test du prototype du rover Rashid dans le désert des EAU. Crédits : MBRSC

Les Émirats arabes unis ne disposent d’aucune capacité d’atterrissage lunaire propre. C’est pourquoi le pays collabore avec la société privée japonaise ispace. Il s’agira également d’un vrai baptême du feu pour cette entreprise qui cherchera à démontrer les capacités de son atterrisseur dans le but de signer d’autres contrats. La machine est actuellement en Allemagne pour subir les derniers tests avant d’être expédiée aux États-Unis.

Notez que Hakuto-R n’est pas le premier atterrisseur japonais sur la Lune. Parmi ses charges utiles, la mission lunaire Artemis 1 transportera en effet un petit atterrisseur de l’agence spatiale japonaise (JAXA) qui pèse environ quatorze kilos. La NASA espère toujours lancer sa fusée SLS le 27 septembre prochain, après un dernier test de ravitaillement réussi.

Côté Émirats, rappelons que le pays profitera également de la mission chinoise d’atterrissage Chang’e-7 pour envoyer un second rover sur la Lune. Le lancement de Chang’e-7 est actuellement prévu fin 2026 à bord d’une fusée chinoise Longue Marche 5. L’atterrissage se fera au niveau du pôle sud lunaire. En attendant, le pays est toujours en orbite autour de Mars avec sa mission Hope. Il prévoit également d’envoyer une sonde vers la ceinture d’astéroïdes dès 2028.