in

Après Mars, les Émirats arabe unis visent la ceinture d’astéroïdes

Crédits : NASA/JPL-Caltech

Moins d’un an après leur insertion réussie en orbite martienne, les Émirats arabes unis visent désormais une autre cible : la ceinture d’astéroïdes. Pour l’heure, on ignore encore quels objets seront ciblés, mais il s’agirait d’un grand pas pour cette nation encore « nouvelle » dans le domaine spatial.

En février 2021, l’Agence spatiale des Émirats arabes unis (EAU) marquait son histoire en s’insérant avec succès en orbite autour de Mars dans le cadre de sa première mission interplanétaire.

La sonde, toujours sur place, vise à compléter nos connaissances sur le système météorologique martien. Plus précisément, Hope est le tout premier satellite météorologique évoluant sur orbite elliptique élevée autour de la planète rouge. Cette altitude, comprise entre 20 000 et 43 000 kilomètres, lui permet de caractériser le système météorologique global de la planète tout au long de la journée, ce qui était impossible auparavant.

Les Émirats arabes unis, qui évoluent désormais dans la « cour des grands » de l’aérospatial, entendent bien continuer leur progression avec un nouvel objectif. En octobre dernier, le pays aurait ainsi jeté son dévolu sur la ceinture d’astéroïdes, située entre les orbites de Mars et Jupiter.

Un intérêt justifié

À l’instar de Hope, cette mission sera conçue pour répondre à des objectifs scientifiques spécifiques, mais également pour diversifier l’économie de ce pays traditionnellement axée sur le pétrole selon Space.com.

L’objectif serait de lancer une nouvelle sonde en 2028 en s’appuyant sur les acquis de la mission Hope. Le modèle du vaisseau sera donc sensiblement le même. Cela dit, cette sonde aura besoin d’une meilleure protection thermique pour survivre à un passage au-delà de Vénus sur son chemin vers la ceinture. Elle aura également besoin de produire beaucoup plus d’énergie pour fonctionner avec une luminosité réduite.

Pour cette mission, l’équipe ne se concentre pas sur des roches en particulier. Au lieu de cela, elle développe un itinéraire en fonction de son vaisseau et désignera les objets accessibles en chemin.

astéroïdes
Schéma représentant la ceinture principale d’astéroïdes. Crédits : NASA

Ce nouveau projet rejoint une liste substantielle de vaisseaux investis dans l’étude des astéroïdes. Cet intérêt est justifié. Cette région de l’espace largement inexplorée abrite en effet des reliques du Système solaire quasiment inchangées susceptibles de permettre une meilleure compréhension de notre histoire.

La NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA) collaborent actuellement dans le cadre de la mission DART. Celle-ci vise à percuter un astéroïde à l’automne prochain. La NASA, qui vient de lancer la toute première mission sur les astéroïdes troyens, attend également la livraison d’échantillons d’une roche nommée Bennu en 2023. Le Japon, qui vient de recevoir ses échantillons prélevés sur l’astéroïde Ryugu, et la Chine prévoient quant à eux également de lancer d’autres missions plus tard dans la décennie.