in

Elon Musk veut faire “transpirer” son vaisseau Starship

Une illustration de Starship, au moment où le booster se détache. Crédits : SpaceX

Elon Musk a récemment accordé une interview au site Popular Mechanics. Il y explique sa décision de construire sa nouvelle fusée – Starship – en acier inoxydable, plutôt qu’en traditionnelles fibres de carbone.

Le patron de SpaceX dévoilait il y a quelques semaines son nouveau prototype de fusée – baptisé Starship – destiné à tester les moteurs qui équiperont son futur lanceur lourd, le Falcon Super Heavy. Avec son corps central oblong posé sur trois grands pieds, beaucoup ont noté la ressemblance de l’engin avec la célèbre fusée de Tintin. Mais ici, la décision ne serait pas esthétique. Outre son apparence rétro, c’est également sa composition qui s’affranchit des « règles » jusqu’alors établies. Si la plupart des fusées sont aujourd’hui composées d’aluminium et de fibres de carbone, Starship, lui, sera composé d’acier inoxydable.

« Vous faites essentiellement saigner de l’eau »

Selon Musk, l’acier inoxydable est non seulement résistant, mais ce matériau pourrait également permettre de créer le premier bouclier thermique régénératif au monde. Le patron de SpaceX illustre son projet en imaginant « un sandwich en acier… qui saigne de l’eau ». Plus précisément, SpaceX envisage ici une technique de refroidissement par transpiration. L’idée générale consiste à faire passer un liquide à travers une surface poreuse afin d’abaisser sa température globale. La coque extérieure de la fusée se composerait donc ici de deux couches d’acier inoxydable, séparées par une couche de liquide.

« Vous faites couler du carburant ou de l’eau entre les deux couches d’acier, explique Musk, et vous avez ensuite des micro-perforations à l’extérieur. Vous faites essentiellement saigner de l’eau, ou vous pouvez purger du carburant, à travers ces micro-perforations ».

starship elon musk spacex
Un prototype de Starship, dévoilé par Elon Musk. Crédits : SpaceX

«À ma connaissance, cela n’a jamais été proposé auparavant»

La technique viserait donc ici à rafraîchir la coque extérieure du vaisseau – surchauffée – en évacuant un liquide de refroidissement par des micro-perforations. Cette coque en « sandwich » permettrait également d’assurer une certaine rigidité à la coque. Grâce à cette nouvelle façon de faire, SpaceX pourrait donc faire coup double et permettre à sa fusée, par exemple, de rester au frais lors de sa rentrée dans l’atmosphère martienne. « À ma connaissance, cela n’a jamais été proposé auparavant », déclare-t-il.

L’acier utilisé ici présenterait également l’avantage d’être moins cher. « La fibre de carbone, dit-il, coûte 135 dollars le kilo, et vous avez 35 % de déchets, de sorte que vous commencez à vous approcher des 200 dollars le kilogramme. L’acier en revanche, ne coûte que trois dollars le kilogramme ».

On rappelle qu’une fois construite, la véritable fusée Starship sera le lanceur le plus puissant du monde. Un premier lancement officiel de la fusée sans équipage devrait être planifié en 2020. Si tout se passe comme prévu, une mission sans équipage pourrait être envoyée vers Mars en 2022. Pour une première arrivée humaine, il faudra probablement attendre 2025.

Source

Articles liés :

Elon Musk estime à 70 % ses chances d’aller sur Mars (et d’y mourir)

Neil DeGrasse Tyson sur Elon Musk : « Il est la meilleure chose que nous ayons eue depuis Thomas Edison »

Voici ce que les habitudes de sommeil d’Elon Musk feraient à votre corps