in

Elle fabrique des briques ultra-solides avec des déchets plastiques recyclés

Crédits : capture YouTube / UN Environment Programme

Au Kenya, les Nations Unies soutiennent une initiative locale impliquant le recyclage des déchets plastiques. À l’heure où le plastique constitue un grave problème à l’échelle mondiale, la méthode de l’entrepreneuse Nzambi Matee permet de recycler cette matière polluante tout en fabriquant des briques cinq fois plus résistantes que le béton.

Des pavés écologiques à base de déchets plastiques

Nzambi Matee est ingénieure en matériaux à la tête de la société Gjenge Makers qui produit des matériaux de construction durables à faible coût. Pour son innovation, elle a reçu en 2020 le prix régional de Jeune champion de la Terre par le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE). Véritable pionnière, Nzambi Matee fabrique en effet des pavés écologiques. Ceux-ci sont fabriqués dans un composite de déchets plastiques et de sable recyclés. Revendues un peu plus de 6 euros le m², ces briques seraient cinq fois plus résistantes que le béton classique, ce dernier étant lui-même au cœur d’un véritable désastre écologique.

À Nairobi, capitale du Kenya, l’initiative fait l’objet d’un partenariat avec différents fabricants de bouchons de bouteilles en plastique et de joints à destination des industries agroalimentaire et pharmaceutique. Les chutes de ces déchets sont collectées puis mélangées avec divers plastiques à usage unique. Selon Nzambi Matee, le processus permet à 112 personnes de s’assurer un revenu convenable. Il s’agit de collecteurs informels et autres acteurs de l’étape de prétraitement du processus de production des pavés écologiques.

Kenya brique écologique plastique 2
Crédits : capture YouTube / UN Environment Programme

Une initiative qui demande à évoluer

Aujourd’hui, la société Gjenge Makers produit entre cinq cents et mille briques quotidiennement en recyclant environ 500 kg de déchets plastiques. Au total, cette société a déjà recyclé près d’une vingtaine de tonnes de plastique. Par ailleurs, la demande concernant ces briques est plus importante que l’offre. Nzambi Matee estime donc que satisfaire cette demande est un véritable défi à relever. En somme, cette initiative ne demande qu’à s’élargir et pourquoi pas, se diriger vers une démocratisation à l’échelle du pays, du continent africain, voire davantage.

Rappelons au passage qu’avec le soutien des Nations Unies, la ville de Nairobi a déclaré la guerre aux déchets de toutes sortes. Il faut savoir que pour les seuls déchets plastiques, la capitale accumule pas moins de cinq cents tonnes chaque jour ! Or, seule une petite partie fait actuellement l’objet d’un recyclage.

Ces briques écologiques à faible coût permettent en outre de régler un autre problème, à savoir le problème des logements inadéquats au Kenya. Voici le reportage dédié à Nzambi Matee et Gjenge Makers publié par le PNUE :