Un élément crucial pour la vie jaillit de la lune Encelade

encelade phosphore
Crédits : NASA/JPL/Space Science Institute)

Une équipe de chercheurs annonce avoir identifié une autre preuve suggérant que l’océan souterrain d’Encelade pourrait être capable de soutenir la vie. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Nature.

Encelade est l’une des cibles privilégiées dans le cadre de la recherche de vie extraterrestre. Cette petite lune de 500 km de diamètre abrite en effet un énorme océan sous son épaisse couche de glace. Cet océan serait également en contact avec le noyau rocheux d’Encelade où la dissipation des marées est soupçonnée de conduire à une activité hydrothermale.

Nous savons tout cela grâce aux matériaux volatils et dissous du noyau rocheux qui jaillissent parfois en surface à la faveur de panaches, ou geysers, dont les compositions ont été analysées par la sonde Cassini il y a plusieurs années. La question est à présent de savoir si cet océan abrite tous les ingrédients nécessaires à la vie telle que nous la connaissons, à savoir de l’hydrogène, de l’oxygène, du carbone, de l’azote et du phosphore.

A priori, c’est bien parti

Le fait qu’Encelade possède un océan d’eau liquide nous permet en effet d’assurer la présence d’hydrogène et d’oxygène en abondance. Les glaces d’ammoniac et de méthane dans les panaches de la lune, analysées par la sonde Cassini il y a quelques années, ont également confirmé la présence d’azote et de carbone dans l’océan interne d’Encelade. Jusqu’à présent, il demeurait cependant des doutes sur la présence de phosphore. Or, les phosphates sont importants, car ils jouent un rôle clé dans de nombreux processus biologiques. Ils sont notamment des composants structurels fondamentaux de l’ADN (acide désoxyribonucléique) et de l’ARN (acide ribonucléique), responsables de l’hérédité et de la transmission de l’information génétique.

Nous savons aussi que les phosphates sont cruciaux pour former de l’adénosine triphosphate (ATP), la principale molécule utilisée par les cellules pour stocker et transférer de l’énergie. Cette énergie est ensuite utilisée pour alimenter les réactions chimiques nécessaires à la vie cellulaire. Ils sont aussi essentiels pour la régulation du métabolisme, la formation des os et des dents, ainsi que le transfert d’énergie dans les membranes cellulaires.

Bien que d’autres voies de vie puissent exister, le fait est que les perspectives d’organismes autoréplicatifs seraient considérablement affaiblies sans phosphore.

encelade méthane appareil Orbitrap
Illustration d’une possible activité hydrothermale sur et sous le fond marin de l’océan souterrain d’Encelade. Crédits : NASA/JPL-Caltech

Phosphates dissous

Si des études antérieures ont suggéré que le phosphate pourrait être rare dans les mondes océaniques glacés, une modélisation récente semblait indiquer que ces éléments pourraient finalement être relativement abondants sur Encelade. Des chercheurs avaient en effet déterminé que la température, la pression et l’acidité de l’eau de la lune étaient en effet suffisantes pour rendre les phosphates particulièrement solubles. Néanmoins, ces travaux ne s’appuyaient que sur des modèles. Plus récemment, des chercheurs ont donc effectué de réelles mesures.

Lorsque Cassini a découvert et traversé les panaches d’Encelade, les scientifiques ont détecté des preuves de sels de sodium (comme le chlorure de sodium, alias sel de table, et le bicarbonate de sodium). Cependant, la sonde n’avait pas été conçue pour enquêter sur ces éléments en premier lieu.

Pour ces travaux, les chercheurs ont utilisé les informations de l’analyseur de poussière cosmique de Cassini, initialement destiné à déterminer la composition de la poussière des anneaux de Saturne. De cette manière, ils espéraient bénéficier d’une nouvelle perspective sur ces fameux panaches. En analysant les données, les chercheurs ont découvert des signes de phosphates de sodium dans l’un de ces geysers. Selon l’étude, l’intérieur pourrait avoir des concentrations de phosphore au moins cent fois supérieures à celles des océans de la Terre.

Notez que les phosphates ont tendance à apparaître dans l’eau à très faible teneur en calcium. Sur Terre, ces plans d’eau sont généralement alcalins (contraire d’acides). Évidemment, cela ne signifie pas nécessairement qu’Encelade est habitée, mais nous savons désormais qu’elle est possiblement habitable.