in

Élargir la chasse aux loups : bonne ou mauvaise idée ?

Crédits : Wilda3 / Pixabay

Le ministère de l’Écologie propose deux nouveaux projets qui permettraient de tuer plus de loups, en dépit de son statut d’espèce protégée. Chaque citoyen peut donner son avis, qu’il soit pour ou contre.

8 200 animaux d’élevage ont été abattus par des loups en 2014. Jusque là, 24 individus étaient autorisés à être tués pour la période 2014-2015 et 19 ont été recensés. Le ministère de l’Écologie souhaite aujourd’hui étendre les dérogations qui autorisent la chasse aux loups selon certaines conditions. Deux nouveaux projets d’arrêtés sont proposés par le gouvernement français pour l’année 2015-2016, malgré le fait que le loup soit une espèce protégée, considérée comme vulnérable.

D’une part, une « extension des territoires et des périodes d’intervention » est revendiquée dans le premier projet qui porte surtout sur les « conditions de déclenchement des opérations » et les « conditions de mise en œuvre », selon la consultation publique des projets d’arrêtés. D’autre part, le second arrêté ferait augmenter le nombre de loups tués pour la période de 2015-2016 : le maximum serait alors de 36 individus, soit 12 de plus que pour la période 2014-2015.

Du 29 mai au 21 juin 2015, vous pouvez consulter les projets d’arrêtés en ligne et vous exprimer ici en soumettant un commentaire, que vous soyez pour ou contre. Les associations de protection animale ont rapidement exprimé leur point de vue, comme la LPO, une association de protection de la nature, l’a fait sur son site : « La LPO est contre ces deux projets d’arrêtés, car ils consistent à accepter un nombre croissant d’animaux à détruire, une extension des périodes et des lieux sans lien avec d’éventuelles prédations sur le cheptel, l’élargissement des personnes habilitées à tirer, l’assouplissement des conditions de déclenchement et ne vont pas de fait dans le sens d’un bon état de conservation de l’espèce. »

FERUS, une association pour la conservation des ours, des lynx et des loups, dénonce la mesure demande au gouvernement de prendre en compte la « dynamique de la population » pour fixer le plafond, car le nombre de loups tués augmenterait de 50 % alors que la population n’a clairement pas augmenté de 50 %. L’association explique également que « les tirs de loup, notamment au hasard avec les tirs de prélèvements, sont inutiles et même contre-productifs. Les meutes éclatent et les individus solitaires ont tendance à s’attaquer davantage aux troupeaux. La solution réside dans une volonté réelle de protection des troupeaux contre tous les prédateurs (loups, chiens, etc.). »

N’hésitez pas à partager votre opinion sur le sujet, jusqu’au 21 juin, sur la consultation publique en ligne.

Sources : Sciences et Avenir, Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, LPO, FERUS, Le Figaro.

– Crédits photo : Maslowski Steve, U.S. Fish and Wildlife Service