in

Effondrement de l’AMOC : l’Europe va-t-elle plonger dans un gel profond ?

Europe AMOC
Crédits : encrier/istock

Une étude récente suggère qu’un arrêt brutal de la circulation méridienne de renversement de l’Atlantique (AMOC), qui risquerait notamment plonger une grande partie de l’Europe dans un gel profond, est plus probable et pourrait se produire plus tôt que prévu. Explications.

Un courant essentiel

L’AMOC, ou circulation méridienne de renversement de l’Atlantique, est une composante majeure du système de circulation océanique mondiale. Il agit comme un tapis roulant océanique qui transporte l’eau chaude et salée des tropiques vers les hautes latitudes, puis ramène l’eau froide en profondeur. Cette circulation océanique contribue à réguler la température de la Terre, à influencer les schémas climatiques régionaux et à redistribuer la chaleur à l’échelle mondiale.

Le processus commence par le réchauffement de l’eau dans les régions tropicales de l’Atlantique. L’eau chaude et salée remonte vers le nord, se refroidit progressivement, devient plus dense, puis plonge vers les profondeurs océaniques. Ce mouvement crée une circulation continue qui joue un rôle crucial dans la régulation thermique de la planète.

L’AMOC influence ainsi les climats régionaux en Europe du Nord-Ouest, en Amérique du Nord et même au-delà. Par exemple, l’Europe bénéficie d’un climat plus doux grâce au transfert de chaleur de l’AMOC, qui apporte des eaux chaudes des tropiques vers les régions nordiques.

Cependant, le changement climatique et la fonte de la calotte glaciaire du Groenland introduisent de l’eau douce dans l’Atlantique Nord, ce qui pourrait perturber l’AMOC en ralentissant ou en bloquant la descente de l’eau dense vers les profondeurs, avec des conséquences potentiellement dramatiques sur les climats régionaux et mondiaux.

gulf stream AMOC
Une animation simplifiée du « tapis roulant » mondial de l’AMOC avec les courants de surface indiqués en rouge et les courants marins profonds en bleu. Crédits : NASA/Goddard Space Flight Center Scientific Visualization Studio

Un possible effondrement

Des chercheurs ont récemment utilisé des simulations informatiques complexes pour étudier l’évolution de l’AMOC en tenant compte de ces changements. Il s’agit de représentations virtuelles de la circulation océanique basées sur des équations mathématiques complexes qui prennent en compte un large éventail de variables, telles que la température, la salinité et le mouvement des masses d’eau.

Dans ce cas précis, les scientifiques ont simulé 2 200 ans d’écoulement de l’AMOC en intégrant également les effets du changement climatique causé par l’activité humaine.

Après 1 750 ans de simulation, les chercheurs ont observé un résultat particulièrement préoccupant : un effondrement brutal de l’AMOC au lieu d’un déclin progressif. Cette observation suggère qu’il existe un point critique, similaire à une falaise, au-delà duquel ce courant pourrait disparaître de manière irréversible.

Ces simulations sont essentielles, car elles fournissent des aperçus virtuels des futurs scénarios possibles, aidant ainsi les scientifiques à mieux comprendre la dynamique complexe de l’AMOC. Cependant, il est important de noter que les simulations ne sont pas des prédictions exactes de l’avenir, mais plutôt des outils puissants pour explorer les tendances et les risques potentiels associés à des changements environnementaux spécifiques.

Cet arrêt potentiel de l’AMOC aurait cependant des répercussions mondiales significatives, avec des changements dramatiques dans les modèles climatiques, notamment une forte diminution des températures en Europe du Nord-Ouest, une extension de la glace arctique vers le sud, des perturbations dans les régimes de précipitations mondiaux et des conséquences sur la vie marine.

Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Science Advances.