in ,

Écoutez l’oiseau le plus bruyant du monde et son chant très “métallique”

Crédits : Anselmo d'Affonseca

L’araponga blanc vient d’être désigné l’oiseau le plus bruyant du monde par une équipe de chercheurs. Son chant, très métallique, peut atteindre les 125,4 décibels.

Chacun sa technique, mais en règle générale, le chant des oiseaux est très souvent perçu comme agréable, à juste titre. L’araponga blanc (Procnias albus) lui, joue dans une autre cour. Si cet oiseau vivant dans les montagnes de l’Amazonie, dans le nord du Brésil, est effectivement capable de faire battre le cœur de ses prétendantes, il a en revanche également le pouvoir de faire vriller nos tympans.

Jusqu’à 125 décibels

Des chercheurs ont en effet récemment mesuré la puissance du chant de ces oiseaux dans leur habitat naturel. Certaines “notes”, peut-on lire, pourraient atteindre les 125 décibels. C’est environ trois fois plus puissant que les notes chantées par le Piauhau hurleur, également connu pour ses capacités vocales. À titre de comparaison, nos oreilles peuvent supporter jusqu’à 85 décibels sans problème. Au-delà, elles commencent à souffrir.

Les chercheurs ont également noté que plus la note est puissante, plus sa durée est courte. Cela tient probablement au fait que le système respiratoire de ces petites créatures a une limite à sa capacité de contrôler le flux d’air pour créer des sons.

Le fait que ces derniers soient si forts tient par ailleurs du fait que ces chants ne se composent que d’une seule fréquence, ce qui facilite l’augmentation du volume. Il semblerait également que l’espèce possède de grands muscles abdominaux et des côtes bien développées.

Voici un exemple de ces appels, ci-dessous. Le son a été baissé pour que nos oreilles puissent le tolérer :

Pourquoi chanter aussi fort ?

Pour informer les femelles de leur présence à des kilomètres à la ronde, d’une part. Mais plus inhabituel, lorsque l’une d’elles répond à ces appels et se rapproche, même à quelques mètres, le mâle semble toujours crier aussi fort. Et la femelle semble apprécier.

En règle générale chez les oiseaux, ce sont les notes les plus douces et mélodieuses qui rendent les mâles plus susceptibles d’être choisis par les femelles. Exceptionnellement ici, ces chants puissants, de courte portée, pourraient donc être des signaux sexuels.

« Peut-être tentent-elles d’évaluer les mâles de près, bien que leur système auditif risque d’être endommagé », suppose Jeff Podos, co-auteur de l’étude, publiée dans Current Biology.

Les chercheurs prévoient maintenant de poursuivre ces recherches pour tenter d’en savoir plus sur les intentions de ces oiseaux en matière de parade amoureuse. Il serait également intéressant de se pencher sur leur système auditif.

Source

Articles liés :

Ils ont implanté des “souvenirs” dans le cerveau d’oiseaux pour leur apprendre à chanter

Un oiseau vieux de 99 millions d’années avec un orteil incroyablement long

Une espèce d’oiseau éteinte “ramenée à la vie” par l’évolution