in

Ecosse : l’île qui connait l’autosuffisance énergétique

An Sgùrr, point culminant d'Eigg. Crédits photo : James Gray / Wikimedia Commons

Une petite île de 3,049 hectares dans l’ouest de l’Écosse dans la mer des Hébrides serait 100% autosuffisante en énergie. Il s’agit de l’île d’Eigg (Eige en gaélique) qui est un petit coin de paradis pour une centaine d’irréductibles Écossais.

Faisant parte des iles Small, l’ile d’Eigg bénéficie d’une situation géographique assez particulière, lui prêtant des conditions favorables aux énergies alternatives. En effet, il y a beaucoup de vent et de pluie l’hiver, tandis que la zone environnante est l’endroit le plus ensoleillé de Grande-Bretagne.

Une soixantaine d’habitants en 1997 ont fait naitre un projet, par le Eigg Heritage Trust, un partenariat entre les habitants visant à racheter l’île. On estime le coût du projet à 1,5 million de livres sterling, financé grâce à un emprunt collectif des habitants et différentes subventions (Europe, Loterie nationale…). Il s’agissait de développer en communauté un moyen d’accéder à l’autosuffisance énergétique par l’élaboration d’un système de production d’énergie durable ainsi que d’élaborer un style de vie respectant le plus possible l’environnement. Les habitants (au nombre de 100 aujourd’hui) sont acteurs de ce changement depuis une dizaine d’années, lequel leur a permis de passer à l’hydro-électricité, l’éolien et l’énergie solaire alors qu’ auparavant, des générateurs diesel fournissant l’électricité de l’île.

Disposant aujourd’hui de trois barrages cumulant 110 kW de puissance, six éoliennes de 6 kW ainsi que des panneaux solaires de 10 kW d’une capacité réelle de 30 kW, l’île d’Eigg a pu se diriger vers une autosuffisance durable.On y trouve même du chauffage gratuit dans les espaces publics, comme au sein des églises et du centre communautaire.

Sans combustibles fossiles ni autres dégradations environnementales mises à part peut-être la pollution engendrée par le chauffage au bois, les habitants de l’île d’Eigg essayent de limiter leur consommation d’énergie au quotidien. Ils souhaitent devenir moins dépendants des énergies fossiles (pétrole ou charbon), privilégiant le vélo ou la marche à pied. Une politique d’isolation des habitations a d’ailleurs été menée pour éviter au maximum les pertes d’énergie.

L’île d’Eigg est ainsi devenue une sorte de modèle que l’Écosse aimerait généraliser sur l’intégralité de son territoire. En effet, c’est grâce à un soutien politique local que le potentiel éolien a pu être exploiter dans cette région très venteuse, permettant de multiplier la production de courant éolien par 20 en dix ans. Par ailleurs, 40% de sa consommation en électricité provient de source d’énergies renouvelables (14 646 GWh) ce qui est trois fois plus qu’en 2002.

Source : Consoglobe.comIsle of eigg official website

Yohan Demeure

Rédigé par Yohan Demeure

Licencié en géographie, j’aime intégrer dans mes recherches une dimension humaine. Passionné par l’Asie, les voyages, le cinéma et la musique, j’espère attirer votre attention sur des sujets intéressants.