in

Éclipse annulaire de jeudi : pourra-t-on la voir en France ?

Une éclipse annulaire, photographiée le 10 mai 2013. Crédits : Fabrizio Melandri.

Ce jeudi 10 juin 2021, les habitants du Canada, du Groenland, de l’Arctique et de la Russie pourront apprécier une belle éclipse annulaire de Soleil. Pour ce qui est de la France, elle ne sera que partielle. La meilleure zone de visibilité se situera au nord-ouest du pays.

Qu’est-ce qu’une éclipse annulaire ?

Une éclipse se définit comme l’obscurcissement d’un astre par l’interposition d’un autre corps entre cet astre et une source lumineuse. Dans le cadre de notre système terrestre, la Terre se retrouve donc obscurcie par la présence de la Lune se glissant devant le Soleil.

Il existe cependant différents types d’éclipses, à commencer par la “totale”. Dans ce cas de figure, les tailles de la Lune et du Soleil nous apparaissent quasiment identiques depuis notre planète. En se glissant entre la Terre et notre étoile, la Lune fait donc “disparaître” celle-ci pendant quelques minutes.

L’éclipse annulaire est un autre type d’éclipse. C’est elle qui nous intéresse aujourd’hui. Dans ce cas de figure, la Lune se glisse toujours entre la Terre et le Soleil, mais le diamètre apparent de la Lune reste légèrement inférieur au diamètre apparent de notre étoile. De notre point de vue, notre satellite ne masque donc pas totalement le Soleil. Résultat : un anneau lumineux (ou “anneau de feu”) apparaît.

éclipse annulaire
Éclipse annulaire centrale. Crédits : IMCCE/Patrick Rocher

Pourra-t-on voir la prochaine éclipse ?

Une éclipse de Soleil annulaire est prévue ce jeudi 10 juin 2021. C’est la première de l’année. Le phénomène sera dans un premier temps visible depuis le nord du Canada. Il glissera ensuite par le pôle Nord avant de se terminer au nord de la Sibérie.

En France métropolitaine, l’éclipse ne sera en revanche que partielle, car notre pays ne se situe pas dans la “bande de centralité” prévue. D’après l’Institut de mécanique céleste et calcul des éphémérides (IMCCE), la meilleure zone de visibilité se situera au nord-ouest. Le degré d’obscuration atteindra notamment 16,8 % à Brest et 15,9 % à Lille. En revanche, il ne sera que de 13,1% à Paris et de 3,4% à Perpignan.

Vous l’aurez compris, pour la grande majorité d’entre nous, la différence de luminosité sera imperceptible. “À l’œil nu, il n’y aura aucune sensation de baisse de luminosité“, confie en effet Florent Deleflie, de l’observatoire de Paris, interrogé par Numerama. “La meilleure manière d’observer l’éclipse depuis la France est à travers un instrument spécialement conçu pour observer le Soleil ou par projection“.

L’IMCCE propose quant à lui également d’observer le phénomène avec des lunettes spéciales éclipse équipées d’un film plastique filtrant. Cependant, privilégiez une paire récente. Avec le temps, le pouvoir filtrant peut en effet s’estomper d’après l’institut.