in ,

Échecs : un robot casse le doigt de son adversaire de 7 ans

Crédits : eric1513 / iStock

Les robots en ont-ils après les enfants ? Il y a peu, lors d’un tournoi d’échecs en Russie, un robot a cassé le doigt de son adversaire, un enfant âgé de seulement sept ans. Selon les autorités, le jeune garçon n’aurait pas respecté certaines règles de sécurité.

Un acte soudain

Récemment, nous évoquions le robot-poney de société chinoise Xpeng Robotics. Selon les responsables du projet, cette machine se destine à devenir le meilleur ami des enfants. Et si les robots pouvaient aussi devenir leurs pires ennemis ? Il faut dire que des cas à la limite du scandale ont déjà fait date. En 2021, l’assistant vocal Alexa (Amazon) avait ainsi suggéré à une fillette de 10 ans de participer à un défi sur Internet consistant notamment à s’électrocuter. En 2016, le robot Knighstcope K5 qui assurait la sécurité d’un centre commercial avait par ailleurs écrasé le pied d’un enfant de 16 mois.

Une vidéo postée le 22 juillet 2022 sur le réseau Telegram témoigne d’un nouveau cas de « violence robotique » sur un enfant. À Moscou, lors d’un tournoi d’échecs, un robot a en effet cassé le doigt de son adversaire. Il s’agissait d’un enfant de sept ans et pas n’importe lequel, puisque celui-ci est l’un des trente meilleurs joueurs d’échecs de moins de neuf ans de la capitale russe. Le bras robotisé a pincé le doigt de l’enfant de manière soudaine, alors que ce dernier était en train de déplacer une pièce. Après quelques secondes, plusieurs personnes se sont précipitées pour tenter de le libérer. Mais pourquoi cela s’est-il produit ?

échecs doigt cassé robot enfant
Crédits : capture écran Telegram / Baza

Un cas de figure unique

Les organisateurs ont expliqué que la machine n’avait pas anticipé le fait que son jeune adversaire puisse riposter aussi rapidement. Le vice-président de la Fédération russe des échecs Sergey Lazarev s’est également exprimé sur le sujet dans un article de l’agence de presse TASS. Il a indiqué qu’il aurait fallu laisser le temps de répondre au robot. Pourtant, l’enfant se serait précipité, ce qui aurait poussé le robot à le pincer. Si la faute semble dont curieusement retomber sur l’enfant lui-même, les fabricants du robot ont tout de même été invités à réfléchir sur la question.

Sergey Lazarev a également assuré que ce cas de figure ne s’était jamais produit auparavant et que l’enfant ne semblait pas tellement traumatisé par l’incident. Le vice-président de la fédération a par ailleurs indiqué que la machine en était à son troisième match de la journée, également contre des enfants. Or, ces mêmes enfants ont besoin de recevoir des indications en matière de sécurité. Cependant, les parents du jeune garçon ont tout de même contacté le bureau du procureur général, signe que l’affaire ne va pas s’arrêter aussi rapidement.