in

Un incroyable échange de matière entre deux galaxies vu par Hubble

Crédits : ESA/Hubble & NASA, J. Dalcanton, Dark Energy Survey, DOE, FNAL/DECam, CTIO/NOIRLab/NSF/AURA, SDSS, J. Schmidt

Nous pouvons tenter d’appréhender les différentes interactions entre galaxies au moyen de simulations informatiques, mais rien ne vaut le réel. En ce sens, les images de Hubble ont une valeur inestimable. Or, l’observatoire a récemment eu l’occasion d’immortaliser un transfert de matière entre deux galaxies évoluant à plus de 320 millions d’années-lumière.

Une image incroyable

L’un des aspects les plus importants de l’évolution des galaxies est la façon dont elles interagissent. Nous savons que ces objets peuvent fusionner, entrer en collision ou simplement se frôler les unes aux autres. Chacune de ces interactions a alors un impact significatif sur leur forme et leur structure. Aussi courants que soient ces « flirts cosmiques » dans l’Univers, il reste encore très rare de pouvoir capturer une image de deux galaxies interagissant visiblement de manière très dynamique, d’où l’importance de cette photo.

Nous devons cette incroyable scène au télescope spatial Hubble. Le sujet est une paire de galaxies Arp 282 en interaction composée de la galaxie Seyfert NGC 169 (en bas), d’environ 140 000 années-lumière de diamètre, et de la galaxie IC 1559 (en haut), d’environ 40 000 années-lumière de diamètre. Vous les retrouverez à environ 320 millions d’années-lumière de la Terre.

Comme vous pouvez le constater ci-dessous, des flux de poussière et de matière incandescente sont transférés entre les deux galaxies, probablement de l’objet de masse inférieure vers celui de masse supérieure. « Lorsque deux galaxies interagissent, du gaz, de la poussière et même des systèmes solaires entiers seront entraînés d’une galaxie vers l’autre par ces forces de marée« , détaille l’ESA. « Ce processus peut en fait être vu en action sur cette image. De délicats flux de matière se sont formés, reliant visiblement les deux galaxies. »

galaxies hubble
Crédits : ESA/Hubble & NASA, J. Dalcanton, Dark Energy Survey, DOE, FNAL/DECam, CTIO/NOIRLab/NSF/AURA, SDSS

Une fusion à venir

Ces deux galaxies ont des noyaux énergétiques monumentaux, connus sous le nom de noyaux galactiques actifs. Autrement dit, le trou noir supermassif situé au cœur de chacune d’entre elles engloutit activement du gaz et de la poussière. Ce processus produit beaucoup de lumière à haute énergie sous forme de rayons X et de chaleur dans les longueurs d’onde infrarouges, bien qu’il soit difficile de le dire à partir de cette image prise en lumière optique. Sous cette longueur d’onde, la poussière des noyaux galactiques a tendance à obscurcir ces deux noyaux.

C’est en fait plutôt chanceux. Si les émissions complètes de ces deux noyaux étaient visibles sur cette image, cela masquerait probablement les interactions de marée magnifiquement détaillées se produisant entre les deux galaxies.

Si ces deux objets se rapprochent suffisamment l’un de l’autre, ils finiront par fusionner, leurs trous noirs supermassifs se réunissant pour ne faire qu’un. Un tel événement pourrait alors libérer des ondes gravitationnelles qui se propageraient à travers l’Univers.