in ,

Ebola: le Big Data pour endiguer l’épidémie

Crédits : DARPA / Wikimedia Commons

Les derniers chiffres de l’OMS (en date du 14 octobre) comptent 4 447 victimes du virus Ebola et 8 914 malades actuellement dans le monde. Selon l’agence de l’ONU, le cap des 9 000 contaminations devrait être dépassé dans la semaine. Pour de nombreux scientifiques, le Big Data pourrait aider à contenir et endiguer l’épidémie mondiale.

Comment? Des centaines de milliers d’informations récoltées sont analysées, filtrées, recoupées. Elles sont triées en fonction de leur pertinence et de leur intérêt. La masse de données ainsi obtenue permet alors de détecter, et d’anticiper des évolutions, de limiter le nombre de morts et de ce fait réduire de façon drastique l’avancée de l’épidémie, explique CNBC.

Au Sénégal par exemple raconte la BBC, la société de téléphonie mobile Orange Telecom a transmis les données de 150 000 utilisateurs à une organisation suédoise à but non lucratif. Grâce aux informations collectées, l’association a pu établir une carte précise des mouvements de population dans le pays d’Afrique de l’Ouest.

À l’aide de ce nouveau document, les autorités ont pu placer leurs centres de soins à des endroits stratégiques, et cibler leurs campagnes de prévention. Avec le même outil, le gouvernement sénégalais a pu contenir et restreindre le déplacement des personnes, dans le but de circonscrire la maladie.

Le 17 octobre l’OMS félicitait le Sénégal d’avoir mis fin à la transmission du virus Ebola

Pourtant, l’utilisation des données du Big Data n’est pas un procédé infaillible. Utilisés depuis 2009 par Google pour tenter de retracer les évolutions du virus de la grippe aux États-Unis, les résultats obtenus ne sont pas probants. Selon le Science Magazine, le géant d’internet a largement surestimé le nombre de cas pendant quatre ans (lien payant), comparé aux chiffres relevés sur le terrain par des sources officielles.

Des limites donc pour le Big Data, mais une infinité de possibilités pour les services publics et les aides humanitaires. Le big data peut-être utile à autre chose que cibler les campagnes publicitaires du secteur privé.

Sources: BBC, CNBC, OMS