in

Eau : pour un quart de la population mondiale, le “jour zéro” se rapproche dangereusement

Crédits : WRI / Courrier International

Ce jour correspond au moment où certains humains ne verront plus aucune goutte d’eau sortir de leurs réseaux de distribution. Certains pays sont même déjà en sévère difficulté.

Certaines zones en situation critique

Le 6 août 2019, l’Institut des ressources mondiales (WRI) a publié un communiqué relatant ses dernières données. Selon le WRI, 17 pays sont déjà en situation de “stress hydrique extrême”. Citons par exemple l’Arabie Saoudite, l’Iran, le Pakistan mais également l’Inde et le Botswana. La plupart de ces États ne disposent pas de grandes réserves d’eau douce, mais en ont également une gestion déplorable. Leurs nappes phréatiques s’épuisent trop rapidement et ne peuvent être utilisées en période de sécheresse.

Le WRI a également dressé une liste de 27 pays en “fort stress hydrique” dont certains se trouvent en Europe. Citons l’Italie, l’Espagne, la Belgique, le Portugal, l’Albanie, la Grèce ou encore Chypre. Ailleurs, des pays comme l’Ouzbékistan, le Maroc, le Chili ou encore la Namibie figurent également dans la liste.

Le changement climatique accentue les risques de voir basculer les pays dans un stress hydrique très important. En effet, des précipitations plus irrégulières fragilisent tout approvisionnement en eau. Ainsi, pas moins de 25 % de la population mondiale pourrait bientôt manquer d’eau, soit un terrien sur 4 ! La carte ci-dessous reprenant les données du WRI a été publiée par le Courrier International le 23 août 2019.

Crédits : Pixabay / GregReese

De grandes villes déjà assoiffées

Ce “jour zéro”, plusieurs endroits du globe y sont donc très exposés. Observer ce phénomène par le prisme des métropoles est par ailleurs intéressant, puisque presque 70 % de la population mondiale sera citadine en 2050. De grandes villes comme São Paulo (Brésil), Chennai (Inde) ou encore Le Cap (Afrique du Sud) ont déjà frôlé la catastrophe.

Le cas de la ville du Cap (ou Cape Town) présage de ce qui pourrait se produire dans de nombreuses villes aux quatre coins du globe. Au début de l’année 2017, les réserves d’eau douce de la ville étaient de seulement 30 %, et les autorités avaient donné un an avant que le jour zéro n’arrive. Cette situation s’est produite après trois années de précipitation inexistantes. Ceci est la conséquence du dérèglement climatique associé au phénomène El Niño, mais également à une gestion irresponsable de l’eau, notamment à cause du tourisme.

Articles liés :

Las Vegas : Quand l’eau viendra à manquer

Les réservoirs mondiaux d’eau douce souterraine s’épuisent

Pénuries d’eau en 2040 : Voici les pays qui seront les plus touchés