in

Il y a bien de l’eau liquide à l’intérieur de ces météorites

Crédits : NASA / Eric James

Une équipe de chercheurs annonce avoir identifié de l’eau liquide riche en dioxyde de carbone à l’intérieur d’une météorite formée il y a 4,6 milliards d’années. Cette découverte suggère que son astéroïde parent s’est formé au-delà de l’orbite de Jupiter avant de se rapprocher vers le système solaire interne.

L’eau, sous quelque forme qu’elle soit, est omniprésente dans tout le système solaire. Vous la retrouverez sur Terre, sur la Lune, dans les anneaux de Saturne, dans les comètes, sur Mars ou encore sur Titan et Encelade, pour ne citer que ces exemples. L’eau est même présente dans des endroits plus improbables. Des traces de vapeur ont en effet été détectées dans l’atmosphère brûlante de Vénus, où au fond des cratères de Mercure, qui flirte avec le Soleil.

De l’eau liquide dans les chondrites carbonées

Les chercheurs ont également repéré des inclusions d’eau liquide à l’intérieur de cristaux de sel situés dans une classe de météorites appelées chondrites ordinaires, qui représentent la grande majorité de toutes les météorites enregistrées sur Terre. Jusqu’à présent, en revanche, cette ressource précieuse n’avait jamais été trouvée dans les météorites chondrites carbonées, formées très tôt dans l’histoire du système solaire. C’est désormais chose faite.

Dans le cadre d’une récente étude, une équipe de l’Université japonaise de Ritsumeikan, dirigée par Akira Tsuchiyama, s’est appuyée sur des techniques de microscopie pour examiner des fragments de la météorite Sutter’s Mill. Formée il y a environ 4,6 milliards d’années, à l’aube du système solaire, la roche avait terminé sa route sur Terre en 2012, près de Sacramento (États-Unis). Ces analyses ont permis d’isoler un petit cristal de calcite abritant une minuscule poche d’eau liquide contenant au moins 15% de dioxyde de carbone.

météorite eau
Crédits : Pixabay

La présence d’inclusions d’eau liquide dans la météorite Sutter’s Mill a des implications intéressantes concernant les origines de l’astéroïde parent de cette météorite. Au regard de ces résultats, les chercheurs pensent en effet que l’objet s’est probablement formé à partir de fragments d’eau gelée et du dioxyde de carbone. Si tel est le cas, cela signifie qu’il s’est développé au-delà de l’orbite de Jupiter, pour ensuite migrer vers l’intérieur de notre système sous les effets gravitationnels de la géante.

Ce nouveau travail passionnant élargit donc notre compréhension de la façon dont les planètes ont évolué dans notre système solaire. Rappelons également que cette eau primitive pourrait également avoir contribué à “hydrater” la Terre il y a plusieurs milliards d’années, contribuant finalement à l’apparition et au développement de la vie.