in

Selon une étude, l’eau du robinet nous protégerait des microplastiques

Crédits : PxHere

Les microplastiques sont présents partout sur Terre. Une étude portant sur l’eau du robinet apporte quelque chose de nouveau. Les éléments que contient cette eau pourraient empêcher les plastiques de se dégrader en microplastiques. Pour les chercheurs, il s’agit ici d’une bonne occasion d’élaborer une solution pour éviter ce phénomène préoccupant. 

Une barrière naturelle protectrice contre les microplastiques

Aujourd’hui, nous retrouvons des microplastiques un peu partout qu’il s’agisse de l’Arctique, de l’Antarctique, des chaînes de montagnes (Himalaya, Alpes; etc.) ou encore des fonds marins. Or, la science n’est pas encore certaine de leurs effets sur la santé humaine sur le long terme. Il s’agit toutefois d’un sujet très préoccupant, comme l’indique l’étude publiée en septembre 2021 suggérant que les bébés ingèrent des quantités surprenantes de microplastiques.

En 2019, l’OMS expliquait que les taux de microplastiques dans l’eau potable ne constituaient pas un danger pour notre santé. Un an plus tard, des chercheurs avaient souligné qu’après un séjour passé dans l’eau, ces mêmes microplastiques montraient davantage de facilité à pénétrer nos organismes.

Des scientifiques du Trinity College Dublin (Irlande) ont mené des travaux à paraître dans le Chemical Engineering Journal au début de l’année prochaine. Dans un communiqué officiel du 21 octobre 2021, les chercheurs indiquent s’être intéressés à l’eau du robinet. Celle-ci contiendrait des oligo-éléments et autres minéraux capables de former une barrière naturelle protectrice, empêchant les plastiques de se dégrader en plus petites particules.

microplastiques
Crédits : pcess609 / iStock

L’exemple de la bouilloire

Et si l’eau du robinet permettait l’élaboration d’une solution pour préserver l’environnement ? Il s’avère que l’eau coulant dans nos logements n’est pas complètement pure. Or, cette caractéristique permettrait justement de bloquer la dégradation des plastiques. Selon les chercheurs, les minéraux que cette eau contient « enrobent » les morceaux de plastique. Ainsi, les décolorations de couleur marron apparaissant au fond des bouilloires seraient bon signe. Les experts estiment que ce phénomène résulte de la formation d’oxyde de cuivre à partir des minéraux de cuivre se trouvant dans l’eau du robinet. Or, ce même oxyde de cuivre protégerait les bouilloires.

Désormais, les scientifiques veulent tenter la fabrication d’un type de revêtement en laboratoire pour recouvrir les plastiques afin d’empêcher leur dégradation. L’avenir nous dira donc si cette solution est efficace ou non.

Évidemment, la meilleure chose à faire serait de stopper complètement la production de plastique. Néanmoins, il faut également se préoccuper de ceux déjà présents dans l’environnement. Rappelons qu’avec la pandémie de Covid-19, les masques et autres gants sont venus s’ajouter à la longue liste des déchets plastiques mettant en péril les écosystèmes, et potentiellement la santé humaine.