in

Durant le confinement, de nombreux professionnels de santé ont testé la télémédecine

Crédits : URPS Médecins libéraux de Bretagne

Un sondage récent permet de comprendre que le confinement en France en raison de l’actuelle pandémie s’associe à une augmentation de l’utilisation de la télémédecine. En effet, le recours à la téléconsultation a été multiplié par cinq auprès des professionnels de santé. Toutefois, certains problèmes techniques ont persisté.

La plupart des professionnels sont satisfaits

La première vague de Covid-19 a boosté l’utilisation de la télémédecine en France. C’est en tout cas la conclusion d’un sondage publié récemment par Odoxa, impliquant au total 2 010 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus. Parmi eux, nous retrouvons 254 médecins et 248 infirmiers. Les participants ont évoqué leur engouement pour la télémédecine et les éventuels soucis rencontrés durant la période de confinement.

Selon les résultats, le recours à la téléconsultation a été multiplié par plus de trois auprès des patients entre les mois de janvier et juin 2020. Sur la même période, le recours des médecins a fait l’objet d’une multiplication par cinq. De plus, l’intégralité du personnel de santé interrogé a essayé cette pratique au moins une fois. Il s’agissait pour eux de suivre leurs patients à distance, mais également de compléter leur activité professionnelle. Pas moins de 75 % d’entre eux ont fait part de leur satisfaction.

telemedecine
Crédits : Connected Doctors

Quelques freins à corriger à l’avenir

Le sondage évoque également un engouement boosté par une facilité d’accès aux différentes plateformes de téléconsultation. Les industriels éditeurs de logiciels ont massivement contacté les professionnels de santé afin de leur proposer des solutions attractives, parfois gratuites. Ainsi, un médecin sur deux avait obtenu des moyens de vidéotransmission pour la période de confinement en France.

Néanmoins, cet engouement s’accompagne de quelques problèmes. En effet, les professionnels de santé ont évoqué des soucis de connexion. Ils ont également souligné le manque d’interopérabilité des outils logiciels (la capacité que possède un système à fonctionner avec d’autres produits existants). Cela a selon eux freiné leur travail. Par ailleurs, certains ont réfléchi aux risques de déshumanisation de la relation médecin/patient ou encore de piratage de données. Rappelons d’ailleurs que récemment en Allemagne, une attaque au ransomware a paralysé le système informatique d’un hôpital et causé le décès d’une patiente.

Le précédent sondage Odoxa sur le sujet évoquait le fait que seulement 6 % des Français avaient testé la téléconsultation en 2019. Néanmoins, pas moins de 65 % des Français interrogés avaient déclaré vouloir accepter de l’utiliser en cas de demande émanant du médecin. Alors que la pandémie de Covid-19 est plus que jamais présente, la téléconsultation semble avoir de beaux jours devant elle. Néanmoins, les professionnels aimeraient que les problèmes évoqués soient réglés afin de gagner en efficacité et en temps.